in

Hommage à une lancista

[dropcap] H [/ dropcap] Il y a des moments dans nos vies, surtout pour ceux d'entre nous qui aiment faire des recherches sur l'histoire de l'automobile et, dans mon cas en particulier, tout ce qui touche à la marque Lancia, où l'on rencontre des gens dont la sagesse nous marquera pour le bien pour la vie et augmentera notre passion à des niveaux inimaginables.

L'une de ces personnes très spéciales était Ramón Conesa, doté d'une grande personnalité et qui ressentait une dévotion authentique, plutôt… il aimait Lancia.

Ramón, sans aucun doute, chérissait beaucoup de connaissances sur la trajectoire de la Lancia arrivée en Espagne dans les années 40, puisqu'il travaillait, de 1944 à 1949, dans un atelier spécialisé dans la marque et, plus tard, dans l'importateur SADALE.

SADALE, acronyme de Sociedad Anónima de Automobiles Lancia España, a été créé par Oscar Rava, un ancien ingénieur Lancia d'origine juive qui, pour des raisons évidentes, a quitté l'Italie fasciste de Mussolini avec sa famille à la fin des années 30 pour s'installer en Espagne, plus précisément à Barcelone. .

Le protagoniste de notre hommage, Ramón Conesa
Le protagoniste de notre hommage, Ramón Conesa

Revenant au protagoniste de notre hommage, Ramón s'est toujours souvenu avec envie de son temps de mécanicien, les réparations sur des modèles comme la Lancia Aprilia, avec sa technique compliquée, à laquelle les mécaniciens de l'époque n'étaient pas habitués ; ou comment il a dû trouver des solutions très ingénieuses pour réparer les pannes survenues avec les moyens précaires d'une Espagne plongée dans un dur après-guerre.

Je me souviens parfaitement du jour où j'ai rencontré Ramón et sa famille, lorsqu'un serveur et un ami, également passionnés par l'histoire et les tenants et aboutissants de la voiture, en particulier tout ce qui concernait SEAT, ont assisté à une interview très spéciale dans une maison située dans un petit ville de la province de Tarragone. Nous avons pu l'arranger grâce à Roger, le petit-fils de Ramón et aussi un lancista dans l'âme comme son grand-père.

Pendant toute une matinée, nous nous sommes immergés et avons écouté absorbés les expériences et les aventures de Ramón, ainsi que l'histoire de SADALE. Je lui ai promis que j'écrirais un article sur notre interview, mais en raison de circonstances du destin, qui comme tous les lecteurs le savent parfois très capricieuse, je ne l'ai jamais terminé pour le publier.

Un jeune Ramón Conesa, à côté d'une Lancia
Un jeune Ramón Conesa, à côté d'une Lancia

Finalement, j'ai décidé d'intégrer cet article dans un livre sur lequel je travaille depuis quelques années, consacré à l'histoire de Lancia en Espagne, et où je considérais que Ramón devait apparaître sur ses propres mérites, en plus de servir de juste hommage et gratitude pour avoir partagé avec moi toutes ses connaissances. Malheureusement, notre protagoniste est décédé subitement et je me suis retrouvé avec la brûlure de ne pas avoir tenu parole.

Mais revenons au moment où j'ai réalisé l'interview, en 2008. Un mois plus tôt, en janvier, avec un autre fan et avec l'aide du président du Clàssic Motor Club del Bages, ainsi que du Le reste du conseil d'administration, nous avons créé, au sein de ce club, la Section Lancia Clásica.

En organisant la première sortie, nous avons appris l'existence d'une Lancia Astura de 1937, peut-être l'une des rares survivantes de ce modèle en Espagne, propriété du collectionneur Josep Claret.

Immédiatement une idée géniale m'est venue à l'esprit, la possibilité d'organiser une surprise avec la famille de Ramón Conesa, qui consisterait à nous présenter chez lui avec Astura à son insu.

Une belle vue sur la Lancia Astura, également protagoniste de cet article
Une belle vue sur la Lancia Astura, également protagoniste de cet article

À peine dit que c'était fait! J'appelle Josep Claret par téléphone, et je lui explique le projet, ravi d'y participer. Il est juste de mentionner à partir de ces lignes que sans votre générosité et votre sensibilité, cette merveilleuse surprise n'aurait pas pu être réalisée.

Après quelques semaines à essayer de coordonner les trois parties concernées et de choisir un samedi qui nous convienne à tous, nous avons finalement retenu le 14 juin.

Une surprise sous la forme de la Lancia Astura

Il est 11 heures du matin. Après un voyage tranquille depuis Lleida, avec mon ami, nous attendons à l'entrée du camping Stel, situé dans la ville tarragonaise de Roda de Bará, l'arrivée de Josep à bord de son Astura.

Pendant ce temps, nous discutons avec Alfred Fortuny, également membre du club et propriétaire d'une non moins fantastique Lancia Augusta Spider. Il viendra avec nous.

Vue du combiné d'instruments de la Lancia Astura
Vue du combiné d'instruments de la Lancia Astura

Josep arrive ponctuellement au lieu de rendez-vous. La voiture est belle, c'est une machine vraiment élégante et raffinée ; que dire aussi du son de son moteur 8 cylindres en V, de la musique à nos oreilles ! Une fois tout le monde rassemblé, nous nous dirigeons vers El Creixell, où nous attendent nos « copains » Roger, son petit-fils, ainsi que le reste de la famille.

La route est très courte, surtout en observant à travers le rétroviseur de notre voiture la réaction du reste des conducteurs et des passants en voyant passer l'Astura en route vers notre destination finale. Nous arrivons à la ville, et nous longeons les rues de l'urbanisation où ils nous attendent.

Peu avant d'arriver j'appelle Roger pour qu'il vienne nous chercher afin que nous ne nous perdions pas et que son grand-père puisse devenir méfiant. Pour profiter directement de l'excitation du moment de l'arrivée à la maison où se trouve Ramón Conesa, mon ami et moi avons décidé de monter à l'Astura en tant que compagnons de Josep.

Le moteur de l'Astura, un impressionnant 8 cylindres en V étroit
Le moteur de l'Astura, un impressionnant 8 cylindres en V étroit

Alfred Fortuny nous suit avec sa voiture et Roger nous guide jusqu'à la maison. Ma première impression en roulant dans l'Astura est indéfinissable : sa douceur, la poussée de son moteur 8 cylindres en V étroit, la finition intérieure luxueuse, sa partie avant sans fin, c'est le rêve de tout lanzista devenu réalité ! Il faut penser qu'il s'agit du modèle haut de gamme de la marque italienne dans la décennie des années 30, généralement habillé par les grands couturiers, excusez-moi... carrossiers de l'époque et bien des fois destiné à faire office de voiture officielle.

Revenons à la surprise. Il est environ 11h30 du matin, notre cœur bat d'émotion, et nous nous présentons devant Ramón et la maison de sa famille, avec la chance qu'ils soient tous dans la rue, puisqu'ils attendaient le retour de Roger.

L'expression sur le visage de Ramón quand il a vu l'Astura est indescriptible et ses paroles étaient les suivantes :

[su_quote] Une Lancia !, une Astura !, si ce sont les deux journalistes de Lleida !, [/ su_quote]

tout cela tenant les deux mains sur son visage et visiblement ému. A ce moment un sentiment de satisfaction nous envahit tous présents, nous savions que la surprise avait été un succès !

Le visage de Ramón parle de lui-même ... excité par la surprise
Le visage de Ramón parle de lui-même ... excité par la surprise

Après les présentations correspondantes de Josep et Alfred à tous les participants, Ramón a immédiatement voulu voir le moteur de l'Astura et a commencé à se souvenir de nombreuses anecdotes de son passage à SADALE, ainsi que de la Lancia qu'il avait réparée dans sa jeunesse.

Après un moment de discussion animée, une autre surprise, une boîte, mais quel en était le contenu ? Ramón l'ouvre avec une grande curiosité et sort de l'intérieur un insigne d'appartenance à notre club ainsi qu'un autre détail qui finit par l'éblouir complètement : une casquette officielle de sa marque préférée, Lancia, un objet qu'il avait toujours voulu et qu'il porterait avec une pleine fierté. .

Mais il y avait encore plus de choses pour le surprendre ... Après avoir subi toutes ces émotions, je dis à Ramón, "Et si on faisait un petit tour avec l'Astura ?", auquel il répond que ce serait déjà trop, que ce n'est pas nécessaire, même si au fond nous savons tous qu'il le veut. J'insiste encore, j'appelle Josep Claret et nous partons tous vers la ville voisine de Torredembarra.

Une Lancia espagnole, avec son immatriculation d'origine
Une Lancia espagnole, avec son immatriculation d'origine

Dès qu'il monte dans la Lancia, le visage de la satisfaction est total, il est clair qu'il s'amuse comme il ne l'avait pas fait depuis longtemps, comme nous tous. Sur le chemin de Torredembarra, Ramón écoute les bruits mécaniques de l'Astura et examine sa démarche, comme c'est le cas pour nous tous qui sommes dédiés à la mécanique automobile. Pendant ce temps, dans une autre voiture, nous prenons des photos de la Lancia en mouvement.

Nous arrivons au point choisi pour prendre les meilleures images. Le protagoniste de notre surprise est étonné du fonctionnement parfait de l'Astura et de la finesse de sa mécanique, à l'exception du bruit émis par la boîte de vitesses en première vitesse, conseillant à Josep d'utiliser une huile plus dense.

Une fois que Roger a terminé avec les photos, nous retournons à nouveau au Creixell. Nous sommes rentrés à la maison, et mon ami et moi sommes restés manger avec Ramón et sa famille jusque tard dans l'après-midi ; Malheureusement Alfred ne peut pas rester et Josep a plusieurs affaires à régler dans l'après-midi.

La journée se termine, ce furent des heures très excitantes et émouvantes, non seulement pour le simple plaisir et la contemplation d'Astura, mais pour voir le visage heureux de Ramón et de toute sa famille, de pouvoir se souvenir d'anecdotes qui appartiennent à la l'histoire de l'automobile de notre pays, à l'histoire de Lancia, et cela ne peut et ne doit pas être oublié.

 

Continuez dans le Galerie de photos…

 

Qu'en penses-tu?

Écrit par Miguel Ange Aigle

Contenu écrit par Miguel Ángel Águila, fervent lancista et auteur du livre « Lancia Coupé et HPE : Les oubliés de SEAT ». Il édite également le journal de recherche "Voiture inédite".

Commentaires

Abonnez-vous à la newsletter

Une fois par mois dans votre courrier.

Merci beaucoup! N'oubliez pas de confirmer votre abonnement via l'email que nous venons de vous envoyer.

Quelque chose s'est mal passé. Veuillez réessayer.

50.6KVentilateurs
1.7KAbonnés
2.4KAbonnés
3.2KAbonnés