in

Les autres : enterrés en Espagne

Des véhicules condamnés à un enterrement vivant... qu'ont-ils fait pour mériter ce triste sort ? Qu'est-ce qui pousse les humains à enterrer un véhicule choisi au hasard ? Aussi impossible que cela puisse paraître, le cas du Plymouth Belvedere à Tulsa -Oklahoma-, dont nous avons parlé dans un précédent article, n'est pas le seul enterrement qui a eu lieu, délibérément, dans le monde.

Paraphraser un thème de groupe bien connu Pays Brooks & Dunn, si quelqu'un pensait que ce genre de chose ne se produisait « qu'en Amérique », il avait tort. Ici en Espagne, plus précisément dans la ville de Salamanque de Morille, le cimetière d'art a été inauguré le 17 novembre 2005, une proposition des artistes Domingo Sánchez Blanco et Javier Utray situé sur un terrain de quatre hectares et destiné à enterrer des œuvres d'artistes reconnus valeur ou significativement liés au monde de l'art.

Et, quelle était la chose « gracieuse » qu'il ait eu l'honneur d'inaugurer un musée aussi atypique ? Eh bien, un Grand Prix Pontiac 1972 appartenant à Utray, inspirant certaines de ses œuvres et, "donc, lié à l'avant-garde et à l'art d'une certaine manière", selon l'un des sites Web dédiés à cette institution. La voiture repose sous l'épitaphe sur sa pierre tombale : « PIP sur TIAK. Le grand prix. Écrire une pierre tombale prend la moitié de votre vie. Marbre dur."

enterré_espanoles_01
enterré_espanoles_02
enterré_espanoles_03

1972 Grand Prix Pontiac, enterré au Cimetière d'Art de Morille, à Salamanque

Autre exemple : à Moraleda de Zafayona, Grenade, se trouve le musée automobile Rafael Carrillo, dont le fondateur, décédé il y a quelques années, a réussi à rassembler un ensemble curieux et intéressant de plus de trente véhicules. Parmi eux se trouve une Ford T de 1929 qui a été enterrée près de Barcelone.

Rosario, la veuve de M. Carrillo, raconte qu'en 1967, le directeur de l'entreprise de casse située sur la route Barcelone-Sitges, a commenté lors d'une conversation avec son mari qu'à un point précis du terrain et après l'explosion de la guerre civile espagnole, quelqu'un avait enterré une voiture pour qu'elle ne soit pas saisie.

C'était un bunker spécialement construit pour cacher la Ford, dont le toit dépassait partiellement l'épave des autres véhicules. Rafael Carrillo voulait acheter la voiture pour la restaurer, mais la casse a refusé de démonter le tas de ferraille qui se trouvait sur le lieu de sépulture.

Neuf ans plus tard, lorsque l'affaire prit fin, il fut possible de fouiller et, en effet, il y avait le T. Ou plutôt ce qu'il en restait. Actuellement, il bénéficie de la lumière et de l'air partiellement restaurés du musée de Grenade susmentionné.

1929 Ford T exposée au musée automobile Rafael Carrillo (Photo: Alberto Ferreras)
1929 Ford T exposée au musée automobile Rafael Carrillo (Photo: Alberto Ferreras)

Un vrai enterrement ?

Voici le grand dilemme de ce court article : savoir si le prochain cas à raconter est un véritable enterrement. Voyons. La station de métro Pinar de Chamartin, à Madrid, accueille dans son hall principal -que l'on pourrait définir architecturalement comme un gigantesque sarcophage- un tramway en parfait état de marche mais relégué à l'immobilité imposée par sa situation actuelle.

Il s'agit d'un modèle Charleroi V fabriqué en Belgique, portant le numéro d'origine 477 de la Société Municipale de Transport et qui a circulé dans la capitale dans les années 50. La plaque qui renseigne l'histoire du tramway propose des données erronées, puisque 477 « enterré » est accusé d'avoir été le célèbre tramway d'où est descendu Omar Sharif Doctor Zhivago, film tourné dans la ville en 1965.

L'unité qui apparaît dans le film - numérotée à tort 477, une figurine appartenant en réalité au tramway exposé - a été détruite lorsqu'elle est tombée au sol alors qu'elle était descendue d'un camion après avoir participé au tournage du film. Les vélos sont pour l'été, réalisé par Jaime Chavarri en 1984.

Tramway Charleroi V exposé sur le quai de la station de métro Pinar de Chamartín, à Madrid (Photo : Alberto Ferreras)
Tramway Charleroi V exposé sur le quai de la station de métro Pinar de Chamartín, à Madrid (Photo : Alberto Ferreras)

Celui qui peut être visité à la station de métro de Madrid est donc le 477 original, qui a été "enterré" lorsque le hall principal de l'enceinte a été recouvert. Selon les fans de ce type de véhicule, il ne pourrait quitter sa place actuelle que s'il était démonté, chose peu probable compte tenu des difficultés ajoutées par le manque de place aux sorties de la gare qui, jusqu'à présent, semble être sa tombe permanente. …

Qu'en penses-tu?

Alberto Ferreras

Écrit par Alberto Ferreras

Alberto Ferreras (Madrid, 1968) a développé sa carrière professionnelle dans le journal Le Pays depuis 1988, où il a travaillé comme éditeur graphique et éditeur du supplément Moteur jusqu'en janvier 2011. Diplômé en photographie, il a été finaliste du Prix Ortega y Gasset de ... Voir plus

Commentaires

Abonnez-vous à la newsletter

Une fois par mois dans votre courrier.

Merci beaucoup! N'oubliez pas de confirmer votre abonnement via l'email que nous venons de vous envoyer.

Quelque chose s'est mal passé. Veuillez réessayer.

50.3KVentilateurs
1.7KAbonnés
2.4KAbonnés
3.1KAbonnés