in

Interclassiques et Topmobiel Maastricht

Une visite à Interclassics Maastricht aux Pays-Bas est une incitation car, chronologiquement, il ouvre le feu des grands salons classiques qui se tiennent chaque année en Europe et permet de définir la tendance générale par rapport aux événements qui ont clôturé la saison précédente. A Maastricht, le dicton pourrait s'appliquer "Celui qui frappe en premier, frappe deux fois."

La célèbre ville du traité de l'Union européenne a des résonances historiques pour l'Espagne et pour des personnages que l'on croit fictifs mais qui ont existé dans la vie réelle, comme le mousquetaire D'Artagnan, mortellement blessé lors du siège de la ville par les Espagnols. tiers.

Aujourd'hui, la présence des fans espagnols à Maastricht est plus paisible, admirant et appréciant les nombreux classiques exceptionnels exposés à "Interclassics et Topmobiel". Tenue du 11 au 13 janvier 2013, la récente édition a confirmé la stabilisation des prix qui étaient restés à la hausse en 2012. Certains modèles pour lesquels des pertes de leur prix étaient attendues après les célébrations de leur cinquantenaire, comme la Jaguar E, restent stables, avec de bons exemplaires de la série 1 en version roadster qui ne descendent pas en dessous de 80.000 XNUMX euros.

Pour ceux qui veulent se sentir comme une star. 911 ex-Robert Redford
Pour ceux qui veulent se sentir comme une star. 911 ex-Robert Redford

De même, Porsche, qui prépare les festivités du cinquantenaire de la 911, prend position auprès des fans qui font grimper le prix d'un modèle sportif si caractéristique du milieu et de la fin des années XNUMX. La hausse des prix des modèles antérieurs à 1974 se confirme désormais dans des versions beaucoup plus récentes. Les 3,2, surtout les mieux équipées de 1988 et 1989, si elles ont peu de kilométrage, se négocient déjà à plus de 50.000 150.000 euros. Un chiffre qui semble encore raisonnable par rapport aux 246 55.000 euros en moyenne atteints par le Dino 911. A titre d'exemple, l'auteur a assisté à la vente immédiate d'une 3,2 1988 de 38.000 pour XNUMX XNUMX euros, alors qu'il est vrai qu'il s'agissait d'un exemplaire avec seulement XNUMX XNUMX km.

Plus cher serait certainement une Porsche 911 3,2 Cabriolet dans sa version carrosserie large ou Turbolook mis en vente avec la prétention d'avoir appartenu à Robert Redford. En effet, un certificat fourni par le vendeur assure que l'acteur était le premier propriétaire de la voiture, ce qui nous rappelle les images du film Jeu d'espion (Spy Game, 2001) dans laquelle l'acteur conduisait une 911, un coupé à cette occasion. Rappelons qu'en août 2011, une 911 a dépassé le prix astronomique d'un million de dollars (1.375.000 XNUMX XNUMX, pour être exact) aux enchères, en raison de la circonstance d'apparaître dans le film Le Mans (1971) animé par Steve McQueen, à qui il appartenait aussi dans la vraie vie.

L'Atom, au début du prestige d'Aston Martin en 1939
L'Atom, au début du prestige d'Aston Martin en 1939

L'accent de Interclassiques et Topmobiel c'était le double cette fois. D'une part, elle rendait hommage au centenaire d'Aston Martin et, d'autre part, un échantillon exceptionnel de véhicules Bugatti Grand Prix avait été assemblé, dont certains prêtés par le célèbre musée de Mulhouse.

Bien que chez Aston Martin il y avait des spécimens beaucoup plus intéressants et rares à voir, comme l'Atom, la voiture la plus populaire parmi les visiteurs était la DB5, du célèbre agent secret 007. Une des vraies voitures utilisées dans le film Le doigt d'or était venu à Maastricht de la collection Louwman, basé à La Haye. La voiture avait l'air avec certains de ses gadgets déployés, comme l'écran pare-balles protégeant la lunette arrière ou les pare-chocs rétractables. Plus intéressante pour ceux qui s'intéressaient à l'histoire de la marque était l'A3 de 1921, qui était la plus ancienne de celles qui composaient le salon et la première Aston Martin à participer à un Grand Prix (Strasbourg, 1923). La voiture appartient actuellement à l'Aston Martin Heritage Trust.

En ce qui concerne Bugatti, la plus grande attente était autour de la Type 32 "Réservoir" 1923, avec une conception aérodynamique très avancée pour l'époque. La voiture participa au Grand Prix de Tours 1923 et pouvait atteindre 170 km/h. Proche du "Tank", une Brescia Type 13 de seulement 1.496 1925 cmXNUMX contrastait qui, bien qu'elle date de XNUMX, avait une apparence beaucoup plus conservatrice. Capot démonté, la Brescia laisse admirer les intérieurs de la mécanique.

Le "Tank" aérodynamique de Bugatti continue de faire parler
Le "réservoir" aérodynamique de Bugatti fait toujours l'éloge

Parmi les collections et concessionnaires prestigieux, la Collection Houtkamp a rejoint les festivités du centenaire d'Aston Martin avec plusieurs véhicules à vendre dignes de tout concours d'élégance, dont la carte de visite signature, une DB2 de 1952 parfaitement restaurée. Comme on dit, celui qui a besoin de demander le prix ne peut pas l'acheter.

De leur côté, les Mercedes-Benz 190SL, souvent reléguées au second plan par leur grand frère la 300SL, commencent à montrer leurs dents. et, quand il s'agit de restaurations coûteuses comme celles qui ont été admirées à Maastricht, elles dépassent déjà les 100.000 XNUMX euros et menacent de continuer à augmenter leur prix, même si elles ne sont pas considérées comme des voitures de sport, mais des voitures de plaisance.

Une voiture qui ne laisse planer aucun doute quant à sa sportivité est l'Arnolt-Bristol, avec sa carrosserie Bertone légère et agressive, ses roues Borrani et son bouclier arborant un imposant Pégase ailé. (Le Pegasus de l'ENASA, au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, en est dépourvu). Une grande partie de la production totale de cette voiture a trouvé sa destination dans les compétitions de clubs aux États-Unis ; et l'un de ces magnifiques spécimens, ayant été vendu à son premier propriétaire par l'importateur de Chicago, suscita l'intérêt de plusieurs acheteurs potentiels.
 
 

 

[ln_gallery id = »5644 ″ title =» Galerie d'images de « Interclassics and Topmobiel Maastricht 2013 ″ »]

[groupe adrotate = »5 ″]

 

Notez cette actualité et Commenter!

Qu'en penses-tu?

Mario Laguna

Écrit par Mario Laguna

Mario Laguna, auteur du livre "The Pegaso Adventure", érudit et observateur de l'histoire de la course automobile, des marques et des personnages. Visiteur régulier de compétitions automobiles, qu'elles soient de catégories actuelles ou historiques, concours internationaux d'élégance, conférencier... Voir plus

Commentaires

Abonnez-vous à la newsletter

Une fois par mois dans votre courrier.

Merci beaucoup! N'oubliez pas de confirmer votre abonnement via l'email que nous venons de vous envoyer.

Quelque chose s'est mal passé. Veuillez réessayer.

50.3KVentilateurs
1.7KAbonnés
2.4KAbonnés
3.1KAbonnés