in

Choses dans l'encrier : Villa d'Este 2017

TEXTE : FRANCISCO CARRIÓN / PHOTO : UNAI ONA

Oui, nous le savons déjà, le rapport nous a pris trop de temps. En retour, et sans être une excuse, nous avons pu scruter plus sereinement parmi les précédents. Et c'est que - nous supposons - nos lecteurs devraient déjà savoir de quoi il s'agit le fameux concours. Sinon, nous vous invitons à visiter nos critiques des éditions précédentes, car cette fois nous allons nous concentrer directement sur les voitures participantes.

Dans le - à notre avis - le plus intéressant, soit par ses caractéristiques, soit par son histoire. Par exemple, une Lamborghini Miura peut sembler "normale" dans un endroit comme Villa d´Este, mais celle qui a participé au concours, ornée de curieuses bandes vertes sur sa carrosserie rouge, avait été lâchée par le fils du créateur de la saga littéraire 'Sherlock Holmes', Sir Arthur Conan Doyle. Comment pourrait-il être moins, il était un excentrique playboy qu'il n'a pas fallu longtemps pour pulvériser la fortune héritée par des caprices.

L'Abarth 1000 Bialbero 'Record Monza' carrossée par Pininfarina en 1960, qui a battu plusieurs records à l'époque, s'est imposée à elle seule. Ses lignes inhabituelles sont plus typiques d'un vaisseau spatial, même si cela ne valait même pas la peine de récolter un prix, car il n'a obtenu que la mention honorable dans la Classe H, dédiée aux véhicules "Conçu pour la vitesse".

À Villa d´Este, il ne manque jamais plusieurs Ferrari spéciale ou unique, et dans ce cas, nous avons voulu mettre en évidence le 250 GT Europa Speciale de 1955, vainqueur de sa catégorie malgré le fait que beaucoup ont commenté que son design n'était pas exactement le plus harmonieux. Il semble que c'est ce qu'a dû penser son premier propriétaire, un riche homme d'affaires romain du nom de Ferraio, qui l'a vendu 30% moins cher que ce qu'il lui avait coûté neuf… Un an et demi seulement après son lancement !

Tout est une question de goût, et sinon demandez qui a commandé la Ferrari 365 GT / 4 BB de 1976 peinte dans une couleur criarde "Germoglio vert". C'était le seul à l'origine servi de cette façon, et cette année il a été présenté entièrement restauré à Villa d'Este par le spécialiste de la marque André Herklotz, qui est d'ailleurs le gendre de l'ancien propriétaire de ce unité.

Autres voitures participantes dont les schémas de peinture ampoules surélevées Il s'agissait de la Mercedes Benz 300 SL Roasdter et de la Ballot 3/8 LC de 1920. La première était décorée dans une combinaison de gris mat (peinture) et de bleu turquoise (intérieur) et avait été commandée à l'origine par le riche industriel allemand Dr Kurt. Schneider , qui l'a présentée en société accompagnée d'un guépard domestiqué en 1958. La seconde était sans aucun doute une magnifique voiture… sauf qu'on lui avait appliqué une fausse patine, ce qui dans un prestigieux concours de Villa d'Este est totalement déplacé.

En revanche, une voiture irréprochable était la Alfa Romeo 6C 1750 Cabriolet carrossé par Castagna en 1932, qui remporta le prix décerné chaque année en votant par le - très avisé - jeune public de moins de 16 ans. Et aussi cette voiture est venue d'Espagne, bien que son propriétaire soit d'origine française.

Les grands gagnants de la Villa d'Este 2017

Enfin, nous allons commenter les gagnants absolus, qu'à Villa d'Este il y en a deux, un pour le vote du public et l'autre pour le jury spécialisé. Le "Le meilleur du spectacle" (du jury spécialisé) était pour le Prototype Alfa Romeo Giulietta SS de 1957. Déjà vue à Pebble Beach en 2016, et peut-être pas « aussi spéciale » que les autres voitures présentes, cette pièce de la collection Corrado Lopresto a également remporté 4 autres prix dans différentes catégories. Curieuse.

D'autre part, le désir Coppa d'Oro (au vote du public) cette année, il est peut-être tombé sur la voiture la plus étrange de toutes les personnes présentes au concours : Le Lurani Nibbio de 1935. Il a été conçu et construit par Giovanni Lurani Cernuschi, comte de Calvezano, un personnage à lui seul digne d'un roman et qui a conservé des centaines de participations et de records en course automobile entre 1925 et 1956.

1957 Alfa Romeo Giulietta SS Prototype, Best of Show.
De ce point de vue, le Nibbio ressemble à un jouet.

Son « Nibbio », un tout petit poisson-chat équipé d'un moteur Moto Guzzi, a établi 8 records internationaux de vitesse dans la catégorie 500 cc à Dessau (Allemagne) en 1939. Après la guerre, et remotorisé avec un moteur 250 cc Guzzi, il revient fracasser encore 8 records internationaux dans cette nouvelle catégorie sur le circuit d'Ostende (Belgique).

Après de nombreuses années de disparition, il revient cette année par la porte d'entrée de la Villa d'Este conduit par un jeune de 27 ans nommé Federico Göttsche Bebert… qui n'est autre que l'arrière-petit-fils du comte Lurani.

Et bien qu'il ne faille jamais donner d'opinions purement personnelles, je ne peux pas comprendre qu'un "cutie" comme lui Fiat 1100 Barchetta Frua 1946 a peut-être été sans aucun prix. Présentée pour la première fois après avoir été parfaitement restaurée, elle arborait un design spectaculaire - l'un des premiers de son créateur - qui faisait ressembler à un bijou un châssis aussi populaire qu'un "Millecento". C'était la voiture que j'aimais le plus, mais personne ne semblait partager les mêmes critères à Villa d'Este.

Vente aux enchères RM Sotheby's et galerie à la fin

Pour conclure, il faut commenter la vente aux enchères qu'une année de plus a RM-Sotheby´s. Le 27 mai, sous un joli hangar amovible, on pouvait voir 45 voitures, un bateau Riva et, comme nouveauté, 20 motos. En se concentrant sur les quatre roues, les deux prix les plus élevés étaient pour deux voitures françaises fabriquées en 1937 : une Talbot-Lago T150-C SS 'Goutte d'Eau' Coupé Figoni et Falaschi pour 3.360.000 57 3.024.000 € et une Bugatti Type XNUMX Atalante Prototype, pour XNUMX XNUMX XNUMX €.

Comme toujours, il est difficile de distinguer quelque chose parmi tous les grands et bons proposés par RM-Sotheby's, mais ce qui a peut-être le plus attiré notre attention était une Porsche 911 Carrera RSR 3.8 «moderne» de 1993. C'était l'une des 51 construites, et une des deux seuls avec l'intérieur entièrement tapissé. Comme si cela ne suffisait pas, il n'avait que 10 km au tableau d'affichage, et il était encore recouvert d'une couche de « Cosmoline » protectrice, à part beaucoup de poussière. Dans l'ensemble, il a créé une nouvelle record d'enchères pour le 964 avec ses 2.016.000 XNUMX XNUMX €, même si chaque nouveau kilomètre parcouru pourrait réduire une partie de sa valeur.

Au total, RM-Sotheby's a empoché 25.355.859 €, un bon résultat qui reste néanmoins un peu en deçà des 26,7 millions atteints l'année précédente. N'oubliez pas de cliquer sur l'immense galerie de photos ci-dessous !

Toutes les photos de la Villa d'Este 2017…

Qu'en penses-tu?

Francisco Carrion

Écrit par Francisco Carrion

Je m'appelle Francisco Carrión et je suis né à Ciudad Real en 1988, un endroit qui ne ressemblait pas au début aux voitures anciennes. Heureusement mon grand-père, dédié au secteur automobile, avait des amis qui possédaient des voitures d'anciens combattants et participaient au rallye annuel qui se tenait (et se tient toujours) dans ma ville natale... Voir plus

Commentaires

Abonnez-vous à la newsletter

Une fois par mois dans votre courrier.

Merci beaucoup! N'oubliez pas de confirmer votre abonnement via l'email que nous venons de vous envoyer.

Quelque chose s'est mal passé. Veuillez réessayer.

50.3KVentilateurs
1.7KAbonnés
2.4KAbonnés
3.1KAbonnés