malaga classique
L'espace du musée automobile de Malaga était spectaculaire.
in

Retro Malaga 2018 : Chronique

La côte andalouse a presque tout ce qu'un amoureux de moteur peut souhaiter. Des routes diaboliques des Montes de Málaga aux autoroutes faites pour profiter et donner plein gaz. Le matin on peut rouler capote enlevée en bord de mer... et en moins de trois heures traverser la Sierra Nevada entourée de murs de neige. Ainsi, il est normal que l'amour du moteur classique soit quelque chose de commun dans le sud de l'Espagne. Un passe-temps qui, comme nous venons de le voir dans Rétro Malaga 2018, continue d'être en bonne santé.

L'événement de référence des voitures anciennes en Andalousie a ouvert ses portes le 26 janvier avec une audience estimée à 20.000 XNUMX personnes. Bien entendu, dès l'après-midi même d'ouverture, le Palais des Foires et des Congrès de Malaga a enregistré une forte fréquentation. Une assistance qui a répondu à l'appel de ce cinquième édition de Retro Malaga, un rendez-vous qu'avec la direction de événements à moteur il s'installe de plus en plus sur le calendrier national. Nationale... mais aussi internationale, puisque la grande communauté étrangère résidant sur la Costa del Sol fait de cette enclave un endroit où l'on écoute l'anglais ou l'allemand avec la même normalité que l'espagnol.

Arrivé très tôt vendredi, nous avons pu observer le réveil de certains espaces. En fait, des modèles comme une spectaculaire Lincoln Continental n'étaient évoqués que sous leurs bâches. Et d'autres comme la puissante 911 préparée par Betolaza attendaient d'être placées. Pour commencer la journée, il n'était pas mal de profiter d'un moment d'intimité avec ces merveilles...

UN MENU VARIÉ À RETRO MÁLAGA

Avec deux pavillons entièrement occupés, Retro Málaga 2018 nous a offert un variété intéressante. Dans l'espace exposant, nous pouvions trouver des voitures de sport haut de gamme typiques -surtout Porsche, avec une collection tant attendue de modèles Targa et la commémoration du 70e anniversaire de la 356- à très peu de véhicules utilitaires européens. Et pas seulement européens, puisque nous contemplons aussi la présence de classiques américains. Pour mettre un bémol, nous ne pouvions voir qu'une seule Ferrari -hormis la concentration du Club Ferrari Andalucía dimanche-. Bien que l'Alfa Romeo installée dans l'espace du musée automobile de Malaga ait ravi plus d'un amoureux italien ...

La présence nationale a été garantie à plusieurs endroits, notamment dans l'espace dédié au Seat 124. Le populaire 600 occupait deux places contiguës, situées à côté du parking. On pouvait aussi y voir d'autres unités très intéressantes, ainsi que dans l'exposition pour la vente de particuliers.

Les amateurs de deux roues ont également profité de leurs propres espaces, où l'on pouvait trouver une splendide monographie sur la moto tout terrain espagnole. Et aussi un grand choix de Vespas ! Entre toutes ces beautés se trouvait la multitude typique d'étals avec pièces détachées, documentation, miniatures, collection... Bref, un ensemble assez varié dans lequel il n'est pas difficile de trouver ce que l'on cherche. Plongeons profondément...

ÉNORME ET JOLIE : LES CLASSIQUES D'APRÈS-GUERRE

Si nous devons commencer par quelque chose, nous allons le faire dans l'ordre chronologique. Car aussi, les plus anciens de Retro Malaga étaient parmi les plus délicieux. Délicieux comme le précieux 1931 Ford Montier que l'on retrouve peu mis en valeur dans un petit stand. Une authentique voiture de course d'endurance de 3.620 XNUMX cmXNUMX et d'une belle couleur argentée, typique des modèles que ce constructeur et pilote français a fabriqués à partir de pièces Ford. Au fait, nous avons trouvé sur internet votre jeton d'enchère. Si tu ose ...

Ceux qui ne sont pas mis aux enchères sont les trois exemplaires exposés dans l'espace de Musée de l'Automobile de Malaga. Une sélection avec laquelle le musée de la ville est revendiqué comme l'un des espaces automobiles les plus intéressants de tout le sud de l'Espagne, en partie grâce à des modèles tels que le spectaculaire Bugatti 57 Galibier de 1936. Un vrai «sculpture roulante» Plein de charmantes solutions techniques, comme le capuchon qui recouvre la roue inséré dans l'un des spoilers avant ou les curieuses languettes rétractables qui font office de clignotants arrière.

Avec Alberto Pedraza, nous avons pu parler de la conservation de ces véhicules, nous mettant d'accord sur le succès de leur entretien afin qu'ils ne perdent pas cette charmante patine que le temps leur donne. Un temps qui, bien qu'il ait passé depuis des décennies, n'a pas encore flétri le sentiment retentissant de qualité que vous transmet la façon dont les portes de cette Bugatti sont fermées. Bugatti qui est complété par un 328 BMW 1938, le six cylindres dominant du Mans et les Mille Miglia de la fin des années 30.

Et bien que ce ne soit presque pas avant-guerre... on ne pouvait manquer de mentionner le Alfa Roméo 6c 2500 avec carrosserie Superleggera. Un 2+2 de 1946 où style et élégance vont de pair avec un potentiel de marche qui en fait l'un des «grands-parents»De quelques GT quatre places comme la Ferrari 456. Vraiment ravissante.

PORSCHE, LA MARQUE LA PLUS REPRÉSENTÉE

Les passionnés de Porsche qui ont visité cette édition de Retromóvil Málaga auront été particulièrement satisfaits. Et c'est que la présence de modèles de la maison allemande a été très large. Larges et frappantes, car on ne les voit pas tous les jours quatre 356 ensemble et un collection porsche targa représentatif de presque toutes les générations de la 911.

Comme cela a été fait dans le Retromóvil Madrid, nous trouvons un espace dédié à 70e anniversaire de la Porsche 356. Le modèle mythique qui a donné un caractère définitif aux voitures de sport de la maison allemande était représenté par quatre unités, deux coupés et deux autres cabriolets. Du coupé -tous deux 356 C-, nous avons été particulièrement frappés par la peinture de couleur bleu électrique, qui met encore plus en valeur les formes lisses et amusantes d'une carrosserie que vous pouvez regarder sous des dizaines d'angles et obtenir toujours un nouveau détail. À présent, si on devait en choisir un... le 356 A 'Speedester' en beige c'était sans doute, à part la plus ancienne, la plus spéciale.

Mais ... s'il y a quelqu'un dans le sud de l'Espagne qui sait pousser une Porsche plus loin, c'est bien Francisco Espinosa. 8 étaient les modèles présentés dans l'espace Betolaza, son atelier situé dans la ville grenadine d'Atarfe. Un atelier spécialisé dans la restauration et la modification de Porsche classiques, comme celles que Francisco lui-même nous montrait avec passion.

Même s'il s'est efforcé de souligner le caractère «un seul au monde" de la Targa préparation de votre 911 (993) -Comme la maison allemande ne fabriquait pas d'unités de cette génération de la 911 à Targa-, nous ... avons été absorbés par le «restmod»Argent de 911 '73. Une vraie bête de 700 ch qui, selon son concepteur, «laisser de côté toute préparation par le chanteur«.

Mis à part les avantages d'une crise cardiaque, la vérité est que quelque chose de vraiment unique s'est produit dans l'espace Betolaza : une réunion 911 Targa représentative de l'histoire de ce modèle, avec un total de 6 unités. De quoi ravi le public, et pas seulement sur le plan visuel... puisque dans l'après-midi le pavillon a vibré plusieurs fois du rugissement de ses moteurs. Des moteurs tels que l'atmosphérique fait main qui équipe le 911 E Targa de 1970 modifié par cet atelier.

De plus, en parcourant le reste de l'enceinte, nous avons pu voir plus de modèles de la maison de Stuttgart située dans l'espace de «Amis de Volkswagen et Porsche Classics«. Là, nous avons découvert un tout nouveau 911 Carrera RS 2.7, ayant la chance de l'entendre alors qu'il entrait dans l'enceinte traversant le pavillon avec de grands cris d'évasion. Cependant, ce qui a le plus attiré notre attention, c'est un Karmann Ghia. Ce mélange d'ingénierie Volkswagen, de moteur Porsche, de carrosserie conçue par l'italien Ghia et assemblée par l'allemand Karmann... L'une des voitures européennes les plus importées pour le marché américain.

En clôturant le festival Porsche, nous sommes tombés sur un 911 (930) Flachbau ou «bec de canard«. Une unité qui en raison de sa faible production - il y en avait moins de 1000 - ne se voit pas facilement.

ÉNORME ET CHROMÉ. CLASSIQUES AMÉRICAINS

Même si c'est à cause de sa taille, il est impossible de ne pas tomber sur les classiques américains. Cependant, dans la dernière édition de Retro Málaga, il a été facile de les localiser : il suffisait d'aller au Alexandre Ramírez. Ce collectionneur de Malaga, qui définit son amour des classiques presque comme «une nécessité", a commencé avec une Beetle '78 et maintenant c'est propriétaire d'un grand garage américain. Dans son espace, plusieurs des voitures qu'il admire pour leur esthétique se démarquent «énorme et plein de chrome", Aussi bien que"facile et agréable à conduire«. En fait, même votre Corvette a une transmission automatique.

Bien qu'il soit difficile de rester avec un, la vérité est que la plupart des photos et des looks étaient pour lui. 1962 Lincoln Continental. UNE "transatlantique« 5 mètres et 60 centimètres équipé d'un moteur de 7.000 XNUMX cmXNUMX. De plus, c'est le seul cabriolet à quatre portes, qui s'ouvrent sur le «suicide«. Un monument à l'esthétique amérindienne grandiloquente, qui fut la voiture d'icônes nationales telles que Sinatra ou Kennedy.

Poursuivant dans cette ligne, Alessandro nous a montré une voiture qui ne captive que par le nom : Thunderbird, "L'oiseau du tonnerre." Un modèle motorisé avec un V8 de 5.600 1956 cmXNUMX et équipé du kit Continental. Un kit qui n'a été monté que sur les unités XNUMX, qui se reconnaissent par une caractéristique «oeil de boeuf»Sur les côtés du capot. De plus, votre échantillon est complété par un '3 Corvette C68 Stingray, une Volkswagen Beetle '66 qui n'arrête pas d'avoir une forte saveur de plage californienne ... et un spectaculaire Harley. C'était sans aucun doute l'un des espaces les plus photographiés du week-end.

Au-delà de ce stand, on découvre deux immenses Buick. Une cinquantaine pleine de détails chromés de l'époque où les États-Unis étaient fascinés par la course à l'espace... Et un gigantesque Berline Club 675 de 1934 au stand de Catawiki, le site d'enchères que vous devez connaître si vous êtes lecteur de 'L'Escudería'.

CLASSIQUE NATIONAL DANS L'ESPACE DE 124

Cette 2018 est une année spéciale pour les fans du moteur espagnol. L'une de nos voitures les plus emblématiques, Le 124, fête les 50 ans de la fabrication de sa première série en 1968. Une voiture qui, au-delà des pures caractéristiques techniques, est devenue une pièce maîtresse de l'imaginaire sentimental de millions d'Espagnols car... même si quelqu'un n'aimait pas les voitures, qui n'a pas de souvenir lié à une 124 ? Même si c'est pour le cinéma !

Fabriqué en Espagne sous licence italienne grâce au sens des affaires du légendaire «Avocat»Agnelli, el 124 C'est la deuxième voiture la plus fabriquée de tous les temps ! Un brevet qui a répandu l'acronyme de ce véhicule utilitaire dans toute l'Europe et qui dans ce Retro Mobile Malaga est représenté à la fois par des unités de rue et de compétition. Des unités enveloppées dans la scène que le 124 Club a aménagée pour cette occasion, recréant une partie d'un atelier mécanique de l'époque.

Au-delà des voitures de tourisme standards ou des différentes unités adaptées pour la course, nous avons été frappés par une belle 1800 Coupé Sport la couleur bleue. Une dernière unité de série restaurée par son actuel propriétaire : José Tello. Nous avons discuté avec lui de la façon dont il a restauré cette unité qu'il a acquise à Valladolid, où «l'humidité plus faible par rapport à ce que nous avons ici à Malaga signifie que ce type de voiture ne développe pas autant de rouille«.

La vérité est que le travail effectué avec la sellerie en velours rouge est magnifique, amplifiant le charme de ce Coupé Sport de 118 ch, 5 vitesses, double arbre à cames et de nombreux extras vintage. Un classique national précieux dans lequel il émerveille «l'énorme différence qui existait entre les versions de base de la 124 et ses variantes plus sportives«.

De plus, la production nationale - également réalisée sous brevet italien - était également représentée dans deux espaces dédiés au populaire 600. À leurs côtés, nous trouvons le Renault Andalucía Classics Club, qui, bien qu'étant un rassemblement de voitures françaises, avait une claire charge nationale en exposant un précieux Alpine A108 réalisé à la FASA de Valladolid. Nous sommes impatients de discuter avec le propriétaire de votre processus de restauration, que nous voyons a culminé à merveille dans cette couleur jaune radieuse. Bien sûr, il y aura plus d'occasions.

DES CLASSIQUES POPULAIRES TRÈS ORIGINAUX

Nous continuons à parcourir les pavillons à la recherche de voitures plus uniques et à la recherche… nous les trouvons. Evidemment on s'arrête tranquille quand on tombe sur un précieux '66 Mustang ou avec les nombreux Triomphe y MG cabriolets qui figuraient dans cette édition de Retro Móvil Málaga. Nous avons également passé un bon moment dans l'espace de la Club Europe du Sud, dont 14 exemplaires ont été conservés... Tous rouges ! Une belle sélection de voitures de sport dont plusieurs cabriolets FIAT et Alfa Romeo, une Mercedes Pagoda et, bien évidemment toutes étant rouges... La seule Ferrari de tout le salon ! Une 348 à l'arrière imposant.

Cependant, lorsque nous avons entrepris de lister les classiques populaires au-delà de 124 ou 600 ... nous avons rencontré deux surprises cachées dans cette édition 2018. La première nous est venue dans l'espace Club Sur Andalucía, une association avec une présence étrangère importante basée à Mijas. Il s'agit d'un Ford Consul 315, une voiture très rare en Espagne car peu importée dans notre pays. C'est l'un des modèles fabriqués au Royaume-Uni par la société américaine, il s'agit d'une unité fabriquée en 1961 et immatriculée à Barcelone.

Son propriétaire, le danois Knud Jespersen, nous dit que c'est «l'un des rares spécimens de toute l'Espagne«. Il nous a également montré le catalogue de la restauration, un processus de 2 ans qui a failli s'effondrer à cause d'une inondation dans l'atelier. Heureusement, la restauration a porté ses fruits, après avoir passé l'ITV la même semaine qu'elle a été exposée à Retro Málaga !

Le second nous est parvenu dans l'espace Club 2CV Málaga. Là, nous avons été surpris par une version cabriolet très spéciale, qui a été approuvée en Allemagne en 2005, ce qui rend impossible de le faire aujourd'hui en Espagne en raison des restrictions ITV. La préparation est un Hoffman Cabriolet avec carrosserie en polyester. Nous n'avons jamais vu une 2CV comme celle-ci...

En ce qui concerne les motos, la monographie que le Association Malagueña des motos vétérans dédié à la moto de terrain en Espagne. Un ensemble avec 50 des motos les plus représentatives de ce segment dans lequel l'industrie espagnole était à l'avant-garde, illustré par des modèles tels que le Bultaco Matador, une Ranchera spectaculaire avec la protection des tubes en jaune ou plusieurs Ossa, Montessa o Puch de fabrication nationale.

De plus, ils ont exposé deux belles Moto Guzzi de 1955-58 qui battent leur plein : ils viennent de faire le Camino de Santiago. Nous avons pu assister à l'arrivée de l'un d'eux dans l'enceinte, suintant une sensationnelle et caractéristique odeur d'essence.

Enfin, et lorsque nous avons mis un point et nos adieux à cette RetroMálaga ... nous avons croisé plusieurs Pontiac dans le parking des classiques et une voiture qui nous fascine : la Citroën SM. Un de ces véhicules qui ne peut laisser indifférent, fruit de l'union inattendue entre Citroën et Maserati pour en faire une GT aussi futuriste qu'ambitieuse. Aérodynamique, confortable, énorme… mais avec un V2.7 6 signé Maserati sous le capot. C'était pas mal du tout comme adieu à tout ce qu'on avait vu...

UNE RÉFÉRENCE QUI S'INSTALLE

Avec 5 éditions déjà, Malaga rétro Il s'impose comme la référence des salons classiques du sud de l'Espagne. C'est un salon dans lequel les fans qui parlent plusieurs langues et où se croisent une multitude de goûts mais une même passion : la passion pour le moteur classique. Nous espérons vous voir l'année prochaine.

Qu'en penses-tu?

Miguel Sánchez

Écrit par Miguel Sánchez

À travers les nouvelles de La Escudería, nous parcourrons les routes sinueuses de Maranello en écoutant le rugissement du V12 italien; Nous parcourrons la Route 66 à la recherche de la puissance des grands moteurs américains ; nous nous perdrons dans les étroites ruelles anglaises suivant l'élégance de leurs voitures de sport ; nous accélérerons le freinage dans les virages du Rallye de Monte-Carlo et, même, nous nous remplirons de poussière dans un garage en sauvant des bijoux perdus.

Commentaires

Abonnez-vous à la newsletter

Une fois par mois dans votre courrier.

Merci beaucoup! N'oubliez pas de confirmer votre abonnement via l'email que nous venons de vous envoyer.

Quelque chose s'est mal passé. Veuillez réessayer.

<span class="”notranslate”">49.9K</span>Ventilateurs
<span class="”notranslate”">1.6K</span>Abonnés
<span class="”notranslate”">2.4K</span>Abonnés
<span class="”notranslate”">3.1K</span>Abonnés