rallye r12
in

Je veuxJe veux SurprisSurpris LOLLOL

R12 Break Sinpar 4 × 4. Le break qui a remporté le très difficile Rallye Côte-Côte 1977

L'une des voitures qui deviendra cette année un classique est la Volvo 850. Un modèle de la marque suédoise dont on se souviendra toujours pour deux qualités. Tout d'abord, sa percée en termes de sécurité, mais aussi une performance insoupçonnée sur les circuits. Cependant, ce qui est curieux avec cette seconde marque de fabrique, c'est qu'elle a été réalisée sous la forme d'une carrosserie très antisportive a priori. La berline familiale, aussi appelée break ou break. C'est pourquoi, lorsque Volvo a annoncé en 1994 qu'elle irait au championnat britannique des voitures de tourisme avec deux breaks 850… Beaucoup l'ont pris comme une simple blague.

Loin de là, l'équipe officielle de la marque a tenu son annonce. Se justifiant non seulement dans un mouvement promotionnel audacieux, mais aussi dans certaines capacités dynamiques qui ont fini par terminer une saison décente. En réalité, Bien que l'année suivante, Volvo ait changé ses breaks pour deux berlines pour ensuite remporter la victoire en 1998 avec un S40, grâce à cela, la graine d'un ensemble de breaks de sport.. Ainsi, en 1996, la version AWD avec transmission intégrale a été lancée. Un mécanisme qui, ajouté aux 240CV déjà proposés par la version 850 5 T1994-R, a fait de cette Volvo Station Wagon l'une des voitures de sport les plus recherchées des années 90.

Un spécimen qui a été associé à l'Audi RS2 Avant de 1994, développé en collaboration avec Porsche pour produire plus de 310 CV. Sans doute les deux berlines sportives les plus emblématiques de ces derniers temps, responsables d'un changement radical dans la perception de ces véhicules. Cependant, comme tout dans la vie, il existe des précédents aussi pionniers que méconnus. Et c'est ça, Dans ce des berlines familiales avec moteurs suralimentés et transmission intégrale, le pionnier était Renault avec l'entreprise de transformation de moteurs Sinpar. Quelque chose qui démontre la Renault 12 Break 4 × 4. Un gagnant inattendu dans les sables d'Afrique.

RENAULT 12 BREAK 4X4 SINPAR. DU TRAVAIL AU RALLYE

La première fois que nous avons eu connaissance de la Renault 12 Break 4×4 était due à une anecdote d'archéologues. Au milieu des années XNUMX, nous dit-on, le ministère français de la Culture a confié deux unités de ce modèle à une équipe d'archéologues travaillant dans une zone rurale d'accès difficile. A tel point que, dans l'un des deux véhicules, une poutre capitonnée était incorporée devant le pare-chocs avec pour fonction de pousser l'autre lorsqu'il était chargé de matériel. Une activité qui nécessite des voitures aussi robustes que la Renault convertie en transmission intégrale par la société Sinpar.

Fondée en 1946 dans le but de modifier les boîtes de vitesses et les camions pour les convertir en modèles à traction intégrale, elle a commencé à attirer l'attention d'un public un peu plus large lorsqu'en 1965 elle a commencé à produire le R4 4 × 4 Sinpar. Au début, ce modèle a attiré l'attention de l'armée, bien qu'il ait été rapidement réclamé par un grand nombre d'agriculteurs et de montagnards. en plus du 4×4. Un succès qui a conduit Sinpar à se concentrer sur la modification des modèles Renault, en travaillant sur des modèles tels que la R6, la R12 ou la Rodeo.

En fait, cette voie commerciale était si efficace qu'en 1975, Renault a racheté Sinpar pour l'intégrer dans sa division camions et véhicules utilitaires. Un moment où l'idée est née de profiter des avantages de conduite de la Renault 12 Break 4×4 en augmentant sa puissance au moteur de la version Gordini. De cette façon, en 1976, Sinpar fabriqua au moins deux unités à transmission intégrale auxquelles le quatre cylindres en ligne avec deux carburateurs à double corps était incorporé capable de fournir 113 CV. Bien sûr, pas tant pour avoir une performance spectaculaire que pour endurer l'indicible en terrain accidenté. Une machine est née pour rouler en rallye. Mais lequel?

RALLYE CTE-CÔTE ABIDJAN-NICE. LA SURPRISE ARRIVE

Les amateurs de rallye savent qu'il n'y a peut-être rien d'aussi extrême dans ce type de compétition que celles qui se déroulent en Afrique. Avec de longues étapes à travers des zones désertes et inhabitées, l'habileté au volant nécessite de fortes doses de résistance mécanique et d'habileté dans l'orientation. Des pistes de galets alternent avec des dunes et des températures capables de mettre à l'extrême n'importe quel système de refroidissement moteur. C'est l'épopée des compétitions comme la Rallye Safari. Cependant, à la fin des années XNUMX, il y a eu une tentative de rendre un rallye africain encore plus difficile.

L'idée est venue du Français Jean-Claude Bertrand qui, rivalisant avec le Safari, a pris le départ du Rallye Bandama en 1969, plus tard connu sous le nom de Rallye de Côte d'Ivoire. Une épreuve si dure que, dans sa quatrième édition, personne n'a pu franchir la ligne d'arrivée. Un fait qui a fait monter la légende autour de cet événement, attirant pas mal d'équipes européennes de haut niveau. Cependant, en 1975, il décide de boucler la boucle en soulevant le Rallye Côte-Côte. Profitant du fait que quelques semaines après la fin du Bandama, Monte-Carlo était célébré, il a décidé de proposer un rallye de la Côte d'Ivoire à la Côte d'Azur.

Une aventure radicale dans laquelle le motard Thierry Sabine s'est perdu pendant trois jours et dans laquelle en 1976 Jean-Claude Briavoine rejoint les commandes d'une Renault 12 Break 4×4 Sinpar.

Contre toute attente, il termine troisième derrière deux Land Rover. Encouragée par les bons résultats et l'excellente fiabilité de la R12 Sinpar 4×4, la même équipe engagea deux unités dans l'édition 1977 avec le soutien de Renault. Une bonne décision car ils arrivent tous les deux à terminer le rallye… et c'est Brivoine qui l'emporte !

Un exploit qui met en lumière au moins deux enjeux. Tout d'abord le excellente robustesse mécanique du R12 et sa variante Sinpar 4 × 4. Et deuxièmement, le fait que, bien qu'à première vue cela puisse ne pas en avoir l'air, un break peut donner beaucoup de jeu à la concurrence comme en témoignent la 850 TR-50 AWD, la RS2 Avant et, bien sûr, la Renault 12 Pause 4 × 4 Sinpar. .

Photographies : Renault Classique / Voitures Volvo

Qu'en penses-tu?

29 Points
upvote Downvote
Miguel Sánchez

Écrit par Miguel Sánchez

À travers les nouvelles de La Escudería, nous parcourrons les routes sinueuses de Maranello en écoutant le rugissement du V12 italien; Nous parcourrons la Route 66 à la recherche de la puissance des grands moteurs américains ; nous nous perdrons dans les étroites ruelles anglaises suivant l'élégance de leurs voitures de sport ; nous accélérerons le freinage dans les virages du Rallye de Monte-Carlo et, même, nous nous remplirons de poussière dans un garage en sauvant des bijoux perdus.

Commentaires

Abonnez-vous à la newsletter

Une fois par mois dans votre courrier.

Merci beaucoup! N'oubliez pas de confirmer votre abonnement via l'email que nous venons de vous envoyer.

Quelque chose s'est mal passé. Veuillez réessayer.

50.6KVentilateurs
1.7KAbonnés
2.4KAbonnés
3.2KAbonnés