lancement 2000
in

Je veuxJe veux

Lancia 2000. 50e anniversaire du premier modèle sous la tutelle de FIAT

Dans la complexe histoire industrielle italienne, 1969 s'avère être une année clé. L'année de l'expansion de FIAT et de la sauvegarde du capital national vis-à-vis de l'Amérique du Nord. Et c'est ça, désireux d'étendre son prestige en acquérant des marques historiques à grande capacité technologique, Ford a jeté son dévolu sur le sport automobile italien. En ce sens, les négociations entre Henry Ford II et Enzo Ferrari sont particulièrement connues. Quelque chose qui a mal tourné pour le Michigan. Le tout pour avoir essayé non seulement de prendre le contrôle des voitures de série, mais aussi du département course si jalousement gardé par celles de Maranello.

Cependant, ce qui est moins connu, c'est la tentative d'achat de Lancia par le géant du Michigan. Un essai commercial stoppé net par l'État italien, qui n'a pas vu d'un bon œil la pénétration massive de capitaux étrangers dans sa puissante industrie automobile. C'est pourquoi, enfin, le jeu a basculé en faveur de FIAT, qui a acquis la totalité de Lancia en 1969 après sa vente par la famille Pasenti, qui dirigeait l'entreprise depuis son rachat en 1955 à la veuve et au fils du fondateur, Vincenzo Lancia.

Lancia entre ici dans une période aussi brève que vertigineuse, cherchant sa place au sein du gigantesque groupe FIAT sans perdre l'innovation mécanique qui l'a toujours définie. Une caractéristique qui, alors que dans la gamme des voitures particulières s'est diluée au fur et à mesure qu'elle était homologuée avec les propres techniques de production de masse de FIAT, en termes de compétition, elle est devenue encore plus poignante. C'est à cause de ça, Au cours des 4 années seulement de 1969 à 1973, des voitures aussi diverses que les sobres berlines de type 2000 ont coexisté à Lancia avec des expériences futuristes comme la Stratos.

Une époque de contrastes et de transition dans laquelle la Lancia 2000 a joué un rôle fondamental en tant que première voiture de la marque construite sous la tutelle de FIAT. La charnière entre deux époques qui a désormais cinquante ans depuis sa présentation en 1971.

LANCIA 2000. PLUS LANCIA QUE FIAT

Le caractère de la période transitoire au cours de laquelle la Lancia 2000 a été conçue est marqué par un fait révélateur. Et c'est que ce n'était pas seulement l'un des rares modèles à vivre plusieurs années avec celui qu'il venait remplacer, mais aussi avec celui qui le remplaçait. Pourtant la Lancia 2000 était prise entre la dernière série de Flavia - fabriquée jusqu'en 1975 - et la première série de Beta. Une voiture révolutionnaire par rapport à l'époque de Lancia en tant que constructeur indépendant présentée en 1972, un an seulement après le lancement de notre protagoniste.

Quoi qu'il en soit, la vérité est que dans cette position entre deux époques, la Lancia 2000 est clairement un affluent de l'ancienne. En réalité, Ce modèle est plus une évolution de la Flavia à succès qu'une voiture nouvellement créée comme la Beta.. Pour cette raison, bien que son apparition ait été faite sous la direction de FIAT, la nouvelle est plutôt rare par rapport à son prédécesseur. Côté mécanique, il continue de monter le révolutionnaire moteur Flat-4. Le quatre cylindres à plat en aluminium introduit en 1960 pour équiper le Flavia.

Un moteur qui, Dans le cas du 2000, il a été réglé pour donner 115CV avec son 1991cc. Porté à 126 dans le cas de la variante Inezione 2000, qui a gagné ces chevaux grâce à la substitution de la carburation à l'injection. Par rapport aux dix mécaniques que possédait la gamme Flavia, la Lancia 2000 n'offrait que ces deux pour motoriser ses quatre variantes. Deux berlines - la 2000 et la 2000 Inezione - et les deux voitures de sport - le 2000 Coupé et le 2000 HF Coupé, équipées d'un moteur à injection.

SUR LE CHEMIN DU COUPÉ LANCIA

L'un des points les plus marquants de l'histoire de la Lancia 2000 est la divergence esthétique entre ses versions coupé et berline. Un fait qui, à vrai dire, ne devrait pas nous surprendre puisque c'était une constante dans des modèles tels que le Flaminia ou le Flavia. Quant à leurs berlines, elles étaient les héritières de la soi-disant Ligne Florida créée par Pininfarina en 1955. Cependant, en ce qui concerne les coupés, leurs conceptions sont devenues moins conventionnelles, en particulier dans les versions spéciales réalisées par le toujours reconnaissable Zagato.

Ose jamais suivi par Pininfarina, qui était à l'origine des coupés les plus emblématiques de Lancia dans les années 1971. Parmi eux, la version deux portes de la Flavia, que le même carrossier était responsable de la mise à jour pour éclairer la Lancia 2000 Coupé en XNUMX. Un design où seuls l'avant et l'arrière changent par rapport à son prédécesseur. Le chant du cygne des lignes créé par les crayons de Battista Farina dans les années cinquante. Remplacée par les côtés beaucoup plus rectilignes de modèles tels que la Lancia Gamma Coupé 1976 d'Aldo Brovarone.

LE DERNIER PROBLÈME : LES COTS DE FABRICATION

Après tout, le principal problème de la Lancia 2000 était son coût de fabrication. Toujours biaisée par une production mal pensée pour la grande distribution, Lancia a eu durant les années soixante de nombreuses difficultés à générer des ventes qui permettraient d'équilibrer les comptes. C'est pourquoi, après son absorption par FIAT, le principal défi était de canaliser les modèles de grandes séries de l'entreprise sous les normes industrielles Agnelli. Juste le chemin dans lequel la Lancia 2000 a chanté sa fin, dépassée par la Beta beaucoup plus moderne.

Photographies : Gustavo Boyero. Pininfarine. FCA Héritage.

PS De La Escudería, nous tenons à remercier votre collaboration à Gustave Boyero, qui nous a aimablement fourni pour cet article le reportage photographique réalisé à la Lancia 2000 Coupé de Jesús Núnez. Ancien propriétaire de la concession FIAT à Alba de Tormes (Salamanque).

Qu'en penses-tu?

Miguel Sánchez

Écrit par Miguel Sánchez

À travers les nouvelles de La Escudería, nous parcourrons les routes sinueuses de Maranello en écoutant le rugissement du V12 italien; Nous parcourrons la Route 66 à la recherche de la puissance des grands moteurs américains ; nous nous perdrons dans les étroites ruelles anglaises suivant l'élégance de leurs voitures de sport ; nous accélérerons le freinage dans les virages du Rallye de Monte-Carlo et, même, nous nous remplirons de poussière dans un garage en sauvant des bijoux perdus.

Commentaires

Abonnez-vous à la newsletter

Une fois par mois dans votre courrier.

Merci beaucoup! N'oubliez pas de confirmer votre abonnement via l'email que nous venons de vous envoyer.

Quelque chose s'est mal passé. Veuillez réessayer.

51.1KVentilateurs
1.7KAbonnés
2.4KAbonnés
3.2KAbonnés