ferrari 328 gts
in

Je veuxJe veux SurprisSurpris

Ferrari 328 GTS, digne d'un roi

Nos amis de WISYC nous montrent leur berlinette. La 328 est la noblesse automobile ; comme décrit par un homme sage, un 'gros kart'...

TEXTE FERRARI 328 GTS : MIGUEL A. SÁNCHEZ / PHOTOS : LA ESCUDERÍA

En 1968, Ferrari présente la 246. Le premier cheval produit à grande échelle, qui se passe de l'éternel V12 de Maranello pour monter un V6 de 2 litres à 4°. À seulement 195 CV, ce modèle n'avait rien à voir avec les grandes GT caractéristiques de la saga 250. De plus, le moteur en position transversale à mi-arrière était une rupture par rapport au placement longitudinal avant typique. Dans ces locaux, la 246 était si nouvelle qu'elle avait besoin de sa propre marque pour éviter de ternir les signes Ferrari.

C'est pourquoi Dino a été créé. Le nom commercial sous lequel Enzo Ferrari a pensé distribuer la gamme de modèles d'accès marqués par moins de puissance et un prix plus ajusté. Cependant, et bien que ces dernières années le 246 ait vu ses prix sur le marché des classiques augmenter incroyablement, la vérité est que l'idée n'a pas fini de cailler. Alors que ce modèle a toujours été commercialisé sous la marque Dino, l'autre véhicule du même a fini par intégrer la gamme Ferrari sous le nom de 308 GT4. Un échec apparent qui, en réalité, était la répétition de l'un des plus grands succès de Ferrari : le lancement des V8 à moteur central.

Doté d'un bon rapport poids/puissance, d'un excellent comportement dynamique et d'une approche en modèle d'accès, Ces nouvelles Ferrari ont réussi à se frayer un chemin dans une entreprise qui a su réinventer sa gamme jusque-là définie par le douze cylindres GT. En fait, le succès inspiré par le Dino 246 a été d'une telle envergure qu'il continue à ce jour. avec une saga dans laquelle 9 modèles sont inscrits. Tous, de 308 en 1975 à F8 en 2019, marqués par un succès décisif pour consolider les comptes de Maranello.

Comme deuxième représentant de cette longue évolution, nous trouvons la Ferrari 328 de 1985. Evolution naturelle de 308, il est poney dont un peu plus de 7.400 XNUMX exemplaires furent produits, il se présenta en deux versions : Le GTB, couvert en forme de berlinette, et le GTS, à ciel ouvert en mode targa.. Options partagées avec son ancêtre le Dino 246, dont il hérite des caractéristiques qui en ont fait l'une des Ferrari les plus appréciées Tifosi de la marque.

FERRARI 328 GTS : LE CHARME DE PININFARINA

Bien que la mécanique et le comportement de la Ferrari 328 soient vraiment attrayants, la vérité est que ce modèle entre par les yeux. Pour cette raison, un grand crédit doit être accordé à Pininfarina, qui a su porter les courbes douces soulevées par Aldo brovarone en 246 à une époque marquée par la ligne droite annoncée en répétitions comme le Module 512. De plus, le 328 a amélioré le coefficient de traînée déjà bon du 308, profitant des données extraites du prototype Millechiodi. Une expérimentation menée par Pininfarina en 1977 à partir de laquelle des améliorations ont ensuite été implantées dans la 328 mais aussi dans l'imposante 288 GTO.

Concernant la mécanique, elle ne délivre pas seulement 272CV à raison de 85 au litre. Il donne également le nom au modèle, étant 328 une référence aux 3 litres de cylindrée et aux 2 cylindres. Un moteur non négligeable pour les seuls 1263 kilos à sec marqués par la GTB, augmentés de 10 pour l'actuelle version GTS. Pour le divertissement des plus puristes, le moteur quatre vannes de la Ferrari 328 est atmosphérique. Caractéristique très marquée dans la saga du V8 à moteur arrière, qui n'a vu l'incorporation massive du turbo jusqu'à la 488 de 2015 plus que dans des versions rares et spéciales telles que la 1986 GTB / S Turbo ou le pionnier 208GT Turbo à partir de 1982, commercialisé uniquement en Italie.

Côté performances, le sommet est marqué à 263 km/h avec une accélération de 0 à 100 en 6,4 secondes. Vitesses stoppées par un système de freinage qui en 1988 introduisit l'ABS en option, améliorant le système de disques permettant de contrôler cette Ferrari montée sur un châssis tubulaire en acier. De plus, en ce qui concerne le changement, il est directement lié au moteur, étant une boîte manuelle à cinq vitesses courtes pour une conduite que certains testeurs ressemblent à celle d'un kart. Bref, tout visait à faire de la Ferrari 328 un modèle d'entrée de gamme amusant pour la société Maranello.

LE 328 DU ROI, MIS EN GARDE PAR WISYC

Malgré le nom anglo-saxon, Nous inspectons et vendons votre voiture est une nouvelle société espagnole dédiée à l'évaluation et à la vente de classiques. Spécialisé dans l'enregistrement visuel de la voiture, il montre tous ses aspects, générant une vision précise de son état et de sa valeur. De plus, son système simplifie et fournit les informations nécessaires pour l'achat et la vente du véhicule, donnant une garantie à celui qui acquiert et plus de possibilités à celui qui vend. Prendre ses distances avec les chemins où le peu de données fournies génère une grande méfiance entre les parties. De cette façon, WISYC se présente comme une option intéressante pour les ventes de classiques, d'autant plus si l'on prend en compte l'absence de commission.

WISYC se charge de proposer cette Ferrari 328 GTS de 1989. Année pour laquelle elle dispose déjà de l'ABS, ainsi qu'une climatisation que, sûrement, les plus puristes de la marque ne connecteraient jamais. Personnage que l'on ne connaît pas de son premier propriétaire. Ou plutôt, utilisateur. Et est-ce que, pour des raisons de discrétion, ce 328 a été enregistré par une personne autre que le conducteur.

Utilisée par Juan Carlos I de 1989 à 1992, cette Ferrari 328 porte le nom de Nicolás Cotoner Martos. Fils de Nicolás Cotoner et Cotoner -chef de la Maison Royale de 1975 à 1990-, son nom garantissait la discrétion de son utilisation par le Chef de l'Etat. Une utilisation qui n'a pas duré de nombreuses années, faisant passer ce cheval entre plusieurs mains jusqu'à aujourd'hui. Bien sûr, toujours sans quitter l'Espagne, ayant appartenu à un chirurgien barcelonais et un collectionneur qui ont laissé le compteur kilométrique en seulement 38.000 XNUMX kms.

Un kilométrage mesuré, qui s'accompagne du bon état des composants comme la sellerie ou le toit, particulièrement sensibles dans cette version GTS. Pour le reste, son dernier contrôle technique s'est déroulé de manière positive en 2021. Chose qui aide, toujours selon WISYC, l'absence de rouille et la patine rare inscrite dans sa couleur Rouge de course. Caractéristique qui donne encore plus de charme à cette unité avec laquelle profiter de l'histoire de la Ferrari V8 en plein air. L'un des premiers véhicules proposés par Nous inspectons et vendons votre voiture (WISYC). Nous allons vous montrer le reste ! 😉

Qu'en penses-tu?

11 Points
upvote Downvote
Miguel Sánchez

Écrit par Miguel Sánchez

À travers les nouvelles de La Escudería, nous parcourrons les routes sinueuses de Maranello en écoutant le rugissement du V12 italien; Nous parcourrons la Route 66 à la recherche de la puissance des grands moteurs américains ; nous nous perdrons dans les étroites ruelles anglaises suivant l'élégance de leurs voitures de sport ; nous accélérerons le freinage dans les virages du Rallye de Monte-Carlo et, même, nous nous remplirons de poussière dans un garage en sauvant des bijoux perdus.

Commentaires

Abonnez-vous à la newsletter

Une fois par mois dans votre courrier.

Merci beaucoup! N'oubliez pas de confirmer votre abonnement via l'email que nous venons de vous envoyer.

Quelque chose s'est mal passé. Veuillez réessayer.

51.1KVentilateurs
1.7KAbonnés
2.4KAbonnés
3.2KAbonnés