in

Ferrari 250 GTO : à bord

VIDEO FERRARI 250 GTO : ROBBERT ALBAS / BELGIAN-MOTORSPORT

Il y a quelques jours, en sortant du cinéma après avoir vu Le Mans 66 Plusieurs amis ont eu un débat houleux. C'est lui Ferrari 330 P4 el poney le plus représentatif de tous les temps ? Avec son V12 capable de délivrer 450CV à 8.000 tr/min, force est de constater que la puissance n'est pas mal du tout. De plus, son aérodynamisme sculpte des formes qui sont de purs muscles pour la compétition. Et c'est sans parler de son palmarès : il l'a fait triplé aux 24 Heures de Daytona en 1967. Il a également remporté le titre de marque mondiale; le douzième de Ferrari.

Cependant, seulement 3 unités ont été fabriquées. De plus, bien qu'au milieu des années 60 un jeune Mauro Forghieri ait déjà convaincu Enzo Ferrari des avantages du moteur en position centrale au-delà des voitures de F1... La vérité est que l'arrangement canonique chez Ferrari était toujours de placer un puissant V12 sous le capot avant. Ainsi, l'autre candidate pour représenter l'essence de la marque fait son entrée : la 250 GTO.

Ferrari 250 GTO Goodwood Revival 2014
Ferrari 250 GTO II et I, respectivement (Photo : Unai Ona)

Présenté en 1962, ce modèle remplit -avec ses 36 unités- la quintessence de Maranello. Il présente les formes ultimes pour toute GT classique. Un châssis parfaitement réglé pour les circuits et les routes sinueuses. Un Colombo 12 cylindres devant le conducteur. Des avancées techniques qui en font l'aboutissement de la saga 250. Un palmarès prodigieux en endurance… Pouvez-vous en demander plus ? Eh bien oui : cela ressemble à mille merveilles. Et le garçon le fait !

L'INSTRUMENT PRINCIPAL : MOTEUR COLOMBO V12 3 LITRES

S'il est un moteur qui a marqué l'histoire de Ferrari, c'est bien le Colombo. est V12 à 60º il a évolué du litre et demi de cylindrée dans la 125S de 1947 à près de cinq des blocs montés dans la 412 de 1986. Il est présent dans bon nombre des grandes GT de la maison italienne, marquant 3 litres et 302CV pour l'évolution installée sur le châssis 250 GTO.

moteur sonore ferrari 250 gto

Cependant, l'aérodynamisme a également aidé la 250 GTO. La personne qui en est responsable, Giotto Bizzarini, a décidé de faire exactement le contraire de ce qui avait été fait avec son prédécesseur : la 250 GT SWB. Il a réduit la hauteur de l'extrémité avant - la rendant beaucoup plus pénétrante au détriment de l'entrée d'air - tout en augmentant l'appui sur l'essieu arrière grâce à un embout en coin saillant. Quelque chose qui devait décrire Sergio Scaglietti lorsque Bizzarrini a quitté Maranello après la célèbre dispute avec Enzo Ferrari en 1961.

CIRCUIT MELODY : LA LEADER GT EN 1962, 1963 ET 1964

Considérée comme la voiture la plus polyvalente et la plus rapide des courses d'endurance auxquelles elle a participé, la Ferrari 250 GTO s'est imposée sur les circuits avec son 1050 kilos et 280 km/h de vitesse de pointe. Tout a commencé par des débuts des plus brillants : la deuxième place aux 12 Heures de Sebring 1962 conduite par Phil Hill et Olivier Gendebein. Seulement dépassé par une Ferrari 250 TRI / 61 de la Scuderia SSS Republica di Venezia. À partir de là a été fait pendant trois années consécutives avec le titre de champion dans sa catégorie au sein du Championnat du Monde d'Endurance.

Ferrari 250 GTO Goodwood Revival 2014
Une GTO II à Goodwood (Photo : Unai Ona)

1962, 1963 et 1964. Trois années de gloire au cours desquelles la 250 GTO marque la fin de l'ère des grandes sportives de course à moteur avant. Parmi ses pilotes les plus célèbres se trouve le susmentionné Phill Hill, mais aussi Pedro Rodríguez de la Vega, qui, avec le nord-américain, a mené la 250 GTO à la victoire sur les 2.000 1964 km de Daytona en XNUMX. Et cela sans dire que le prototype a été développé par Stirling Moss en 1961 sur l'asphalte du circuit de Monza.

Heureusement, cette indéniable Ferrari est encore vue dans des vidéos de renom et des courses d'exhibition comme celle qui s'est tenue au Circuit hollandais de Zanvoort dernier 2018. Un privilège pour les oreilles où les notes des étoiles de l'ingénierie résonnent comme Gioacchino Colombo, Giotto Bizarrini ou Enzo Ferrari. Alors oui, retour sur la discussion à la sortie du cinéma... Peut-être que la Ferrari 250 GTO est le cheval le plus représentatif de tous les temps.

Qu'en penses-tu?

Miguel Sánchez

Écrit par Miguel Sánchez

À travers les nouvelles de La Escudería, nous parcourrons les routes sinueuses de Maranello en écoutant le rugissement du V12 italien; Nous parcourrons la Route 66 à la recherche de la puissance des grands moteurs américains ; nous nous perdrons dans les étroites ruelles anglaises suivant l'élégance de leurs voitures de sport ; nous accélérerons le freinage dans les virages du Rallye de Monte-Carlo et, même, nous nous remplirons de poussière dans un garage en sauvant des bijoux perdus.

Commentaires

Abonnez-vous à la newsletter

Une fois par mois dans votre courrier.

Merci beaucoup! N'oubliez pas de confirmer votre abonnement via l'email que nous venons de vous envoyer.

Quelque chose s'est mal passé. Veuillez réessayer.

51.1KVentilateurs
1.7KAbonnés
2.4KAbonnés
3.2KAbonnés