in ,

José Froilán González, ou la première victoire de Ferrari en F1

M. José Froilán González nous a reçus dans sa concession de Buenos Aires, dédiée aux marques Fiat, Maserati et Ferrari.

Trophées et photographies s'accumulent dans son bureau, mais nous sommes allés à la rescousse des souvenirs et des anecdotes qui restent encore dans la mémoire du premier pilote qui a remporté un Grand Prix au volant d'une Ferrari.

Avant d'atteindre ses 1951 ans, nous avons eu l'occasion de rencontrer en personne Froilán González, le pilote argentin qui en 1 remporta, à son tour, sa première victoire en F375 au Grand Prix de Grande-Bretagne. Sur la piste de Silverstone, Froilán avait réalisé le meilleur temps des essais avec sa Ferrari 100, réalisant également une moyenne qui dépassait pour la première fois les XNUMX milles à l'heure.

Déjà au départ officiel, les pneus Englebert ont dérapé devant tant de fougue, mais Froilán, connu sous les surnoms "La grosse tête" y "Le taureau de la Pampa", a déjà réussi à mener la course en bouclant le deuxième tour. Depuis, il a dosé son avantage et a tenu à distance son ami et concurrent Juan Manuel Fangio. Il a finalement gagné, 51 secondes derrière l'escroc et prenant deux tours au troisième, son coéquipier Luigi Villoresi.

[su_youtube_advanced https = »yes» url = 'https: //youtube.com/watch? v = oL-xG5tviAU']

Comme prévu, cette victoire a marqué la vie de Froilán González, qui a continué à courir en F1 jusqu'en 1954, mais cela a également signifié une forte poussée pour une Enzo Ferrari qui avait battu son ancienne Alfa Romeo. Six décennies plus tard, nous avons l'occasion de discuter avec ce fils de l'émigrant léonais Isidro José González et Magdalena Pérez, établi dans une grande ferme près d'Arrecifes, une ville située à 177 km à l'ouest de Buenos Aires.

Nous nous retrouvons dans un bâtiment central de Buenos Aires lié au groupe Fiat. Froilán est arrivé avec une ponctualité britannique et la conversation a commencé après les salutations habituelles.

- Don Froilán, quand as-tu commencé à conduire ?

[su_quote] «Dès mon plus jeune âge je conduisais déjà. J'avais dix ans et je n'arrivais pas à pédaler, mais je savais que mon père passerait la première vitesse comme ça et la voiture irait de l'avant.

Ma première course était en 1946, car avant j'étais stagiaire pendant cinq ans à l'école Salesianos jusqu'en 1939. Puis je suis allé travailler dans l'atelier Chevrolet de mon oncle Julio, qui était un bon entraîneur et un très bon conducteur. Au lieu de cela, je m'occuperais des tâches les plus ardues, telles que le graissage du châssis, le chargement des batteries avec de l'acide ou le remplacement des ressorts à lames.

Avec l'argent que j'ai économisé, j'ai acheté un camion Ford de 1936 et plus tard une Chevrolet de 1940. J'y ai apporté des céréales à Buenos Aires qui ont été envoyées dans une Europe en guerre. Et j'ai découvert qu'au volant je pouvais passer trois jours sans dormir. Mais le 14 décembre 1940, lors de la première étape des « Mille milles argentins », mon oncle Julio fut tué. On a gardé l'atelier, mais ensuite je me suis consacré au transport de céréales jusqu'à la fin de la guerre. » [/ su_quote]

Une fierté pour le pilote vétéran. Le magazine Ferrari Club Argentino s'appelle Froilán, avec les sept lettres écrites dans la même orthographe que celles de Ferrari.
Quatre-vingt-dix ans et actif. José Froilán González conduit sa propre voiture,
reçoit de fréquents hommages en Argentine et jouit de l'affection affectueuse des passionnés.

- Comment s'est passé l'arrivée à la compétition ?

[su_quote] « Pendant la guerre j'avais une moto DKW et plus tard une Matchless. Avec le bruit qu'il faisait, il rendait fou tous les récifs jusqu'à la fin de la guerre en 1945 et je commençais à avoir une immense envie de courir. Sans rien dire à mon père, j'ai acheté une Chevrolet à moitié préparée et nous l'avons terminée. Lors de ma première course, le 8 août 1946, j'ai utilisé le pseudonyme « Canuto » et j'ai remporté la série, mais la voiture est tombée en panne avant le test final. La course suivante était à Arrecifes, où j'ai gagné dans la troisième manche et en finale, à deux tours de l'arrivée, j'ai cassé mon moteur alors que j'étais en tête. Mon père l'a découvert et nous nous sommes disputés, mais il a accepté que c'était ce que je voulais." [/ su_quote]

- Mauvais résultats non ?

[su_quote] « La mécanique défaillait, mais j'ai remarqué qu'avec ma tenue de route je pouvais être en tête. En 1947, j'ai participé aux courses « Fuerza Limitada » avec une Ford B. J'ai terminé deuxième à Mar del Plata et à Salto, et j'ai gagné pour la première fois à Chacabuco. En 1948, j'ai encore gagné trois fois, mais surtout je me suis habitué à courir vite sur de longs circuits et de longues distances. Et en 1949, j'ai vendu presque tout ce que j'avais et j'ai acheté une Maserati 4CL. Lors du Prix international Juan Domingo Perón, organisé en décembre à Buenos Aires, j'ai terminé cinquième avec la Maserati, derrière Villoresi, Ascari, Farina et Fangio. Et que le 13e était sorti !" [/ su_quote]

José Froilán González au XXIe siècle. Idole du sport automobile argentin, le premier champion Ferrari a eu la gentillesse de nous consacrer trente minutes de son temps.
José Froilán González au XXIe siècle. Une idole du sport automobile argentin,
le premier champion Ferrari a eu la gentillesse de nous accorder trente minutes de son temps.

- Déjà au sein de l'équipe argentine financée par le gouvernement de Juan Domingo Perón, Froilán González arrive en Europe en mars 1950, après avoir démontré ses qualités à l'Autodrome de Mar del Plata. Comment s'est passée l'arrivée sur le Vieux Continent ?

[su_quote] « En 1950, nous sommes allés ouvrir le premier championnat du monde à Monte-Carlo. J'avais donc 27 ans et j'étais le plus jeune de tous. Il n'y a que moi qui reste de cette époque, car Stirling Moss a sept ans de moins. Pour entrer dans l'ambiance, notre première course était à Marseille avec une Simca Gordini de l'équipe argentine, mais un piston s'est cassé. Fangio a eu plus de chance, car il a terminé troisième avec la Ferrari de son choix.

La course suivante, à Pau, Juan et moi avons couru avec les deux Maserati et nous avions devant nous les Ferrari d'Ascari et de Villoresi, très supérieures. Mon différentiel s'est cassé et j'ai arrêté, mais Juan Manuel Fangio a battu les Ferrari. A cette époque, nous vivions à Galliate, dans la maison du père d'Achille Varzi et il n'y avait pas de salle de gym pour muscler les bras et les jambes. Nous nous sommes entraînés avec des vélos, pour pouvoir endurer 500 km au dessus des machines. » [/ su_quote]

- Et Monte Carlo est arrivé, où Fangio a marqué la pole avec son Alfetta, Farina est arrivée deuxième avec une autre Alfetta et Froilán a complété la première ligne au volant d'une Maserati. Quels souvenirs gardez-vous de cette course ?

[su_quote] « Ensuite, le circuit était différent et je n'avais pas ces chicanes pour ralentir. Les moteurs avaient plus de 300 cv et le départ se faisait dans une rue étroite, avec les voitures très proches les unes des autres et il était facile d'avoir des frictions. En course, je n'arrivais pas à croire que j'étais troisième et que j'avais dépassé les deux Alfetas lors de mon premier Championnat du Monde. Mais cela n'a pas duré longtemps, car mon mécanicien avait oublié de fermer le bouchon du réservoir d'essence. Pour cette raison, du carburant sortait et quand une fusée est sortie du pot d'échappement, la voiture a pris feu et je me suis immolé.

Je suis parti à droite et j'ai sauté de la voiture alors qu'elle roulait encore. À l'hôpital, mes brûlures au troisième degré ont été guéries et j'étais bientôt prête à courir vingt jours plus tard à Angoulême, en France. Là, j'étais troisième avec la Ferrari. » [/ su_quote]

Une fierté pour le pilote vétéran. Le magazine Ferrari Club Argentino s'appelle Froilán, avec les sept lettres écrites dans la même orthographe que celles de Ferrari. PHOTO 8
Une fierté pour le pilote vétéran. Le magazine Ferrari Club Argentino s'appelle Froilán,
avec les sept lettres écrites dans la même orthographe que celles de Ferrari.

Retour en Argentine, plus de courses. Froilán a doublé en deux courses disputées sur le circuit « La Costanera », avec une Ferrari 166 C et devant la Mercedes W163. A partir de ce moment, Froilán est déjà une idole nationale. Fangio a signé avec Alfa Romeo et Froilán embarque pour l'Europe avec le jeune Onofre Marimón et deux Maserati. Et c'est qu'en 1950 le résultat sportif était réussi, mais l'équipe argentine s'était dissoute faute de budget.

[su_quote] « En 1951 c'est une autre histoire, car Juan était chez Alfa Romeo et ils m'ont offert la Talbot-Lago 4500 vainqueur des « 24 Heures du Mans » en 1950. Avec lui j'ai terminé deuxième de la première course, le Grand Prix de Paris. Cette année-là, j'habitais avec ma femme à Milan et j'avais rendu visite à Enzo Ferrari, très heureux de la victoire à Buenos Aires. Et à un moment il me dit : « Dommage que je n'aie pas de voiture pour toi, car j'ai toute l'équipe.

Au Mans, j'ai fait équipe avec Onofre Marimón au volant de la Talbot-Lago. Nous allions très bien, jusqu'à ce que pendant la nuit Onofre s'arrête pour faire le plein et que le joint de culasse ait brûlé, nous obligeant à partir. Et à la course de Reims, alors que j'étais à l'hôtel, j'ai reçu un télégramme d'Enzo Ferrari pour tester la 375 de Serafini, blessée dans le Mille Miglia. Pour moi, cette voiture était comme un nouveau jouet et j'ai passé de très bons moments.

En course, j'étais en tête des essais au 34e tour quand ils m'ont dit que je devais aller aux stands. J'étais pilote invité et j'ai dû céder le volant à Ascari, qui a terminé deuxième derrière Fangio. Après cela, une nouvelle visite à Maranello. Il Commendatore m'a proposé un contrat similaire à celui d'Ascari et Villoresi, avec un bonus de sortie de 2.500 XNUMX $. J'ai signé le contrat pour le reste de l'année. » [/ su_quote]

Un endroit pour les souvenirs. A l'intérieur de la concession, outre des voitures de collection, des affiches évoquent ses victoires à Silverstone et aux 24 Heures du Mans.
Un endroit pour les souvenirs. A l'intérieur de la concession, en plus des voitures de collection,
il y a des affiches qui évoquent ses victoires à Silverstone et aux 24 Heures du Mans.

- Deux semaines plus tard, Froilán a remporté la victoire décrite au début, qui a complété cette saison avec deux deuxièmes places à Monza et Pedralbes. Froilan, Quels souvenirs gardez-vous du Circuit de Pedralbes ?

[su_quote] « A Pedralbes, nous avons perdu le championnat du monde, car nous n'avions plus de pneus. Là, dans la longue ligne droite, nous sommes arrivés à la fin du virage et les pneus de notre sponsor Englebert se sont effondrés au freinage. Je suis arrivé dernier, mais j'ai ensuite grimpé des positions jusqu'à ce que je sois deuxième, au volant de Juan Manuel Fangio. » [/ su_quote]

Il n'avait pas encore parlé de ses succès des années suivantes, mais la demi-heure convenue était passée. Froilán nous a invités à conduire sa Fiat moderne chez son concessionnaire, rénové et inauguré cet après-midi-là. Lors de la tournée, Froilán conduisait avec une finesse et des réflexes inhabituels, alors qu'il nous disait sournoisement qu'il était plus calme sur le circuit du Mans en 1954 que sur les avenues actuelles de Buenos Aires.

[su_spoiler title = 'CRÉDITS VIDÉO' show = 'true']

Vidéo | DANIEL CAAMANO

[/ su_spoiler]

Qu'en penses-tu?

Ignace Saenz

Écrit par Ignace Saenz

Je suis Ignacio Sáenz de Cámara, je suis né à Vitoria il y a plus d'un demi-siècle. Comme cela arrive à beaucoup d'entre vous, j'ai aussi souffert/apprécié depuis que j'étais petit avec cette attirance impossible à retenir envers n'importe quel véhicule à moteur. En vieillissant, j'ai vu que j'aimais aussi lire tout ce qui tombait... Voir plus

Commentaires

Abonnez-vous à la newsletter

Une fois par mois dans votre courrier.

Merci beaucoup! N'oubliez pas de confirmer votre abonnement via l'email que nous venons de vous envoyer.

Quelque chose s'est mal passé. Veuillez réessayer.

51.1KVentilateurs
1.7KAbonnés
2.4KAbonnés
3.2KAbonnés