in

Les débuts de SEAT dans les rallyes internationaux avec cette 1400 à Monte-Carlo en 1955

Bien que le plus grand succès de SEAT à Monte-Carlose ait eu lieu en 1977, la vérité est qu'elle a eu une curieuse participation pionnière lorsqu'en 1955 cette 1400 est arrivée en 50ème position.

Au cours des années soixante-dix, les représentations de SEAT en rallye Ils ont été plus que remarquables grâce à l'équipe d'usine Concours SEAT. Equipée de ses 124 et 1430 -sans oublier la Fiat-Abarth 131 de sa dernière époque-, elle dominait la scène nationale grâce à la logistique de José Juan Pérez de Vargas alliée à la gestion habile de Salvador Canellas, Antonio Zanini ou Jorge Bäbler.

De même, lors du Rallye Monte-Carlo 1977, cette équipe a réussi à prendre les troisième et quatrième places et a ainsi remporté le plus grand succès international de SEAT en compétition jusqu'à l'arrivée de l'Ibiza Kit Car et ses exploits en Coupe du Monde FIA ​​des Rallyes 2 Litres.

L'une des meilleures pages de l'histoire de la marque et qui, finalement, a commencé avec une SEAT 1400 en compétition dans le Rallye Monte-Carlo 1955. Et oui, même si cela peut paraître surprenant, c'est cette occasion lointaine qui s'est chargée de donner le signal de départ à la présence internationale de la maison espagnole, signant ainsi l'un de ses moments les plus curieux et les plus méconnus.

Par ailleurs, loin de se terminer par une véritable catastrophe, la conduite sur neige Arturo Bertoglio Cela a conduit cette unité en production à terminer le test, en terminant à la position numéro 50.

QUAND LES RALLYES SE FAIT DIFFÉREMMENT

Comme nous le disait Pablo Gimeno dans son dernier opus de The Devil's Advocate, une grande partie du hobby historique du sport automobile souffre d'un adamisme évident. Ainsi, nombreux sont ceux qui, concentrés sur une seule époque, ignorent et ils rejettent même délibérément toute donnée relative à des temps plus anciens à celui chargé de porter ses désirs.

Pour cette raison, il est facile de voir encore aujourd'hui les visages surpris de certains en découvrant que les rallyes n'ont pas toujours été organisés avec des modèles adaptés à la vitesse sur les chemins de terre. Loin de là cette spécialisation a pleinement fait son chemin déjà à la fin des années 70, lorsque des modèles tels que la Lancia Stratos faisaient leur apparition dans le cadre d'approches créées par et pour la concurrence.

Cela dit, c'est très instructif consultez la liste d'inscription au Rallye de Monte-Carlo 1955, la Porsche 356 - légère et maniable bien que peu puissante - cohabite avec un grand nombre de berlines comme la Citroën 15 Six, la Jaguar MK VII ou l'Armstrong Siddeley. Le tout couronné par un nombre important de Peugeot 203 ou de Panhard Dyna.

Et après tout, à cette époque, participer à un rallye n’était pas synonyme de le faire dans une voiture préparée ; De plus, ceci Je n'ai même pas eu besoin d'ajouter des qualités sportives. Sans aucun doute, c’était d’autres fois.

SIÈGE DANS LES RALLYES, SA PREMIÈRE EN 1955

En ce qui concerne 1955, SEAT n’était pas d’humeur à penser à la course. Nouvellement fondée cinq ans auparavant, elle produisait depuis deux ans dans les installations de Zone franche son premier modèle : la 1400 sous licence Fiat. À ce stade, la principale préoccupation de l'entreprise était votre propre règlement, en faisant des pas courts mais sûrs dans la recherche d'une plus grande autonomie dans la fabrication de pièces par rapport à la société mère italienne.

En 2020, SEAT Historiques s'est souvenu de ces débuts en envoyant une 1400B au Monte-Carlo Historique.

En fait, ce n'est qu'en 1957 - quatre ans après le lancement de la 1400 - que SEAT a finalement lancé un deuxième modèle sous la forme de la populaire 600. Cependant, cette situation n'a pas privé certains intrépides de rechercher des émotions fortes au-delà des Pyrénées ; c'est pourquoi Arturo Bertoglio a engagé sa SEAT 1400 au Rallye de Monte-Carlo 1955 sous le numéro 378.

Curieusement, le manque de moyens - ainsi que la bureaucratie douteuse de l'époque - l'ont amené à s'inscrire également comme copilote en utilisant son deuxième nom de famille : Ferrajoli. Une belle anecdote avec laquelle la réalisation de ce test dans lequel, passer les neiges de Turini, a réussi à se positionner à la 50ème place juste derrière une Porsche 356 Pre-A 1500. Ce qui était sans aucun doute louable et qui a également inauguré la présence internationale de SEAT dans les rallyes.

Images : SEAT historiques et M.Louche (ACM) à travers les historiques SEAT.

Qu'en penses-tu?

15 Points
upvote Downvote
photo d'avatar

Écrit par Miguel Sánchez

À travers les nouvelles de La Escudería, nous parcourrons les routes sinueuses de Maranello en écoutant le rugissement du V12 italien; Nous parcourrons la Route 66 à la recherche de la puissance des grands moteurs américains ; nous nous perdrons dans les étroites ruelles anglaises suivant l'élégance de leurs voitures de sport ; nous accélérerons le freinage dans les virages du Rallye de Monte-Carlo et, même, nous nous remplirons de poussière dans un garage en sauvant des bijoux perdus.

Abonnez-vous à la newsletter

Une fois par mois dans votre courrier.

Merci beaucoup! N'oubliez pas de confirmer votre abonnement via l'email que nous venons de vous envoyer.

Quelque chose s'est mal passé. Veuillez réessayer.

60.2KVentilateurs
2.1KAbonnés
3.4KAbonnés
3.8KAbonnés