Pegasus Z-102 Ferrari Espagnol
in

L'avocat du diable (II) : Ferrari contre. Pégase

Parler de la Pegaso Z-102 comme de la « Ferrari espagnole » est une erreur très courante qui, comme nous le verrons ci-dessous, n'a aucune base logique.

Après l'article consacré à rivalité entre Hispano-Suiza et Rolls-Royce, nous continuons avec le prochain chapitre du «L'avocat du diable». Il n'est pas rare que Quand on parle des Pegaso Z-102, on les appelle « la Ferrari espagnole »., phrase dénuée de sens. Par ailleurs, la rivalité entre Wilfredo Ricart y Enzo Ferrari, un sujet sur lequel j'écrirai un autre article spécifique dans cette section, en le comparant au Ferrari -ainsi, de manière générale et sans préciser de modèles- avec le Pégase Z-102. On fait parfois la même chose mettant en valeur le Pegaso sur jaguar, Aston Martin et d'autres marques et modèles de cette époque. Bien sûr, en parlant toujours de la nette supériorité de Pegaso avec des arguments pour le moins discutables.

Un autre commentaire qui a été fait à l'époque était la raison pour laquelle un Société d'État INI Il fabriquait des voitures de ce niveau. C'est un argument curieux, car Alfa Romeo, déclare également depuis 1933, Elle construisait non seulement des voitures de sport de haut niveau, mais aussi des voitures de luxe. Grand Prix pour des raisons en grande partie de prestige national. De plus, étant une entreprise publique, elle a continué à fabriquer des voitures de conception avancée après la Seconde Guerre mondiale avec le modèle 1900.

Le patriotisme, c'est très bien. Je me considère comme un patriote, mais Il faut éviter de dire et d'écrire des choses qui, par exagération, font rougir. Affirmer dans un article que les Ferrari ne pourraient pas battre les Pegaso est l'audace de l'ignorance. Commencer parce que c'est oublier ça Outre Ferrari, il y avait des marques telles que Jaguar, Aston Martin, Talbot Lago, Maserati et d'autres, tous constructeurs de voitures de sport de haut niveau et triomphants dans la compétition.

UN MODÈLE TRÈS COMPLEXE

Une autre question que l'on oublie de mentionner est celle de la complexité mécanique extrême, voire excessive, du Pégase Z-102. Un aspect qui ne posait généralement pas de problèmes lorsque les voitures étaient neuves, mais qui s'est avéré très négatif au fil des années, notamment lorsque l'ENASA a cessé de les entretenir. Cette complexité exigeait non seulement de très bons mécaniciens, mais aussi une bonne connaissance de ces voitures. On parle par exemple des manchons qui dépassaient du bloc ou des aimants à double platine, chose valable en compétition, mais inutile dans les voitures particulières dans lequel un bon delco aurait été largement suffisant et bien moins cher. Une distribution avec des chaînes au lieu d'une multitude de pignons aurait également suffi, sans parler de la pompe à eau « coincée » dans le bloc qui, en cas de fuite, coulait directement sur l'huile.

Et ainsi une longue histoire continue, cela dit, permettez-moi d'exprimer mon admiration pour un modèle qui C'était sans aucun doute l'un des plus avancés à l'époque en termes de sophistication mécanique.. De plus, les premiers propriétaires du Z-102 Ils faisaient des merveilles, puisque les voitures atteignaient un certain âge où leurs deuxième ou troisième propriétaires, qui ne disposaient pas non plus toujours des ressources financières appropriées, souffraient de cette sophistication. Fréquemment, Ils finissent par les emmener dans ce que les Français appellent « l'atelier du coin ». qu'il était dépassé par ce mécanicien. Il faut tenir compte du fait que, dans ces années-là, Les mécaniciens espagnols étaient plus habitués à créer des correctifs aux voitures d'avant-guerre que de réparer de nouveaux modèles. Sans parler d'une mécanique comme celle du Z-102.

Pegasus Z-102 du Shah de Perse 25 mai 1957
Le Pegasus Z-102 du Shah de Perse le 25 mai 1957.

Un aspect négatif mentionné dans le Pegasus est que Ils étaient quelque peu inférieurs à leurs rivaux en matière de freinage, quelque chose de vrai en général. Cependant, ce qui est surprenant, c'est qu'ils attribuent cette infériorité aux freins à tambour ! Et ma question est la suivante : de quel type de freins disposaient tous vos concurrents ? Parce que les disques sont apparus sur les Jaguars de course, et en 1955 dans le Citroen DS19!, et même dans le F1 Ils ne se sont répandus qu’à la fin des années 50.

LE PEGASO Z-102 N’EST PAS LA « FERRARI ESPAGNOLE »

C'est seulement là que peut être la conclusion de cet écrit. Et ayant dit ce qui a été dit, le lecteur ne doit pas passer du blanc au noir avec le Z-102. Il s'agissait en fait d'une démonstration d'ingénierie, avec des arbres à cames doubles dans chacune de leurs culasses, des moteurs avec un et jusqu'à quatre carburateurs doubles et même deux carburateurs quadruples. Sans parler de la distribution sophistiquée des pignons, quelque chose de plus typique des voitures de course que des modèles vendus au public, boîte de vitesses et différentiel sur l'essieu arrière avec freins à la sortie du différentiel pour réduire le poids non suspendu, ainsi que d'autres « délices » techniques.

En outre, reçu les beaux corps de ENASA, saoutchik (belle, mais un peu vieillotte), Touring y Serra. Ils ont également réalisé quelque chose de très important : après le Mondial de l'Automobile de Paris 1951, le nom de la nouvelle marque Pegaso est devenu connu dans le monde entier en quelques jours.

Après toute cette dissertation, et en revenant au début de l'article, affirmant que Pegaso a battu tous ses rivaux et surtout les Ferrari, ne rend pas service à la Z-102 à cause de ce qui est faux à son sujet. Il y a un dicton qui dit "il y a des amours qui tuent», et il n’y a rien qui discrédite plus quelque chose ou quelqu’un que le ridicule. Le Pegaso Z-102 n'a pas besoin d'éloges aussi absurdes, car il a en soi de magnifiques valeurs. Même Ricart lui-même a déclaré à plusieurs reprises que les Z-102 étaient des voitures de Gran Turismo et non des voitures de compétition, bien qu'il y ait quelques unités avec une préparation spéciale pour COURSEmais il n'y a jamais eu de vrai politique sportive avec eux.

REMARQUE : Pablo Gimeno Valledor est membre de la Commission Culture de la FEVA.

Qu'en penses-tu?

29 Points
upvote Downvote
photo d'avatar

Écrit par Pablo Giméno Valledor

Pablo Gimeno Valledor (Madrid 1949). J'ai toujours été fan de voitures. J'ai aussi toujours aimé les voitures de tous types et de toutes époques, ainsi que la compétition, avec une prédilection particulière pour les thèmes nationaux. Parce que, jusqu'à récemment, nous en savions plus sur Ferrari, Porsche ou VW que sur la Pegaso ou la SEAT. Heureusement, grâce à certains magazines et livres, ainsi qu'à travers les magazines dits numériques, nos connaissances sont aujourd'hui bien supérieures à celles d'il n'y a pas si longtemps, c'est donc un plaisir et un honneur de collaborer avec un site de référence tel que celui-ci de THE SQUAD.

Abonnez-vous à la newsletter

Une fois par mois dans votre courrier.

Merci beaucoup! N'oubliez pas de confirmer votre abonnement via l'email que nous venons de vous envoyer.

Quelque chose s'est mal passé. Veuillez réessayer.

60.2KVentilateurs
2.1KAbonnés
3.4KAbonnés
3.8KAbonnés