in

« Coppa Di Sicilia » : un voyage dans le temps

Aujourd'hui, la course automobile se mesure au millimètre près. Et c'est ça, bien que le dernier mot réponde toujours aux actions intuitives des pilotes ou des ingénieurs... La vérité est que tout est planifié dans les moindres détails grâce à une méthodologie hypertechnique. Il y a près d'un siècle, ce n'était pas le cas; les anciennes carrières répondaient plus au désir héroïque dicté par les émotions qu'à celui aussi froid que la calculatrice mathématique.

Messieurs solitaires qui ont fait le saut des îles britanniques au continent pour démontrer les bienfaits de leurs mécaniciens, pilotes rusés qui vous souhaitent bonne chance après avoir truqué la course en soudoyant un berger, apprentis alchimistes essayant à leur tour un nouveau mélange d'huiles prodigieuses à son moteur et… Un pilote italien serein et professionnel.

Personnages tous d'un conte visuel dans lequel revivez tout le rude et le dégringolade de la course automobile séminale. Une production qui, en seulement 15 minutes, parvient à transmettre la poussière, la vitesse, le risque et le folklore d'une époque où le moteur était encore un exploit pour les pionniers. Tout pour honorer Enzo Ferrari.

[votre_url vimeo = »https://vimeo.com/122517556 ″ largeur =» 700 ″]

"C'EST JUSTE UN TRUC"

Aussi italien que personnel, le réalisateur Paolo Sorrentino Il a exprimé - peut-être sans s'en rendre compte - à quoi ressemble le monde du cinéma dans son récent film La Gran Belleza. En elle un illusionniste fait disparaître une girafe dans un moment de distraction du triste protagoniste; à sa grande surprise, le responsable de cette magie répond avec un prix abordable "C'est juste un truc".

Et c'est qu'après tout, le cinéma n'est qu'un truc. Une astuce complexe pour créer ou recréer des histoires tant que la caméra et le scénario sont en harmonie ; dans le cas d court métrage Coppa di Sicilia Ils le font, construisant une histoire qui nous ramène aux vieilles carrières des années 20, recréant leur atmosphère avec une minutie qu'aucun adepte puriste de ces vieux exploits ne manquerait.

[votre_URL youtube = »https://youtu.be/S-SEVRnX-Lk»]

Tout cela commandé par Ferrari elle-même, qui projette le film dans des endroits comme son parc d'attractions à Abu Dhabi - lisez l'histoire classique de Gibbon sur le déclin et la chute de l'empire romain dans un nouveau contexte - à la plus grande gloire de un fondateur qui, avant de créer des versions de rue inspirées des modèles de course, a conduit pour Alfa Romeo pendant des années.

Bien sûr, il ne l'a jamais fait dans aucune Coppa di Sicilia. Jamais Pourquoi…

Cela fait partie de l'astuce, puisque l'intrigue place dans cette compétition fictive ce que en fait inspiré par des courses comme la Targa Florio, qui célèbre son 2018e anniversaire en 112, roulant sur les routes siciliennes.

LE MEILLEUR DU TEMPS

Outre l'intrigue où les picaresques, le risque et les filles ne manquent pas… La Coppa di Sicilia a un attrait évident pour les lecteurs de La Escudería. Il s'agit bien évidemment de voitures, véritables protagonistes de la caméra - et du micro - parfaitement représentées grâce à quelques images et post-production signées #UPP Films, la même maison tchèque co-responsable de la magnifique photographie de Blade Runner 2049.

Recréant la division par pays si typique de l'époque, nous avons une voiture de sport en vert anglais pilotée par un ensemble »monsieur« Qui continue de fumer sa pipe en toute normalité malgré l'apocalypse qui s'organise autour de lui, un tout nouveau Mercedes blanc un FIAT rouge avec un énorme calendrier et… Les deux protagonistes principaux du film : le Bugatti Type 35 bleu du voyou français malveillant avec le Alfa Romeo RL de la sereine Enzo Ferrari, peinte dans un rouge plus foncé que celui qui a été la signature de la maison de Maranello.

Une Enzo Ferrari jouée par le cascadeur du cinéma Angelo Raguse - décédé le 14 mars - et avec qui il partage à la fois la bonne tenue de route d'une voiture et son nez caractéristique. Le personnage central d'un spectacle visuel pour célébrer l'homme qui s'est lancé dans la fabrication de tramways dans le seul but de pouvoir financer ce qui l'excitait vraiment : la course.

Qu'en penses-tu?

Miguel Sánchez

Écrit par Miguel Sánchez

À travers les nouvelles de La Escudería, nous parcourrons les routes sinueuses de Maranello en écoutant le rugissement du V12 italien; Nous parcourrons la Route 66 à la recherche de la puissance des grands moteurs américains ; nous nous perdrons dans les étroites ruelles anglaises suivant l'élégance de leurs voitures de sport ; nous accélérerons le freinage dans les virages du Rallye de Monte-Carlo et, même, nous nous remplirons de poussière dans un garage en sauvant des bijoux perdus.

Commentaires

Abonnez-vous à la newsletter

Une fois par mois dans votre courrier.

Merci beaucoup! N'oubliez pas de confirmer votre abonnement via l'email que nous venons de vous envoyer.

Quelque chose s'est mal passé. Veuillez réessayer.

50.6KVentilateurs
1.7KAbonnés
2.4KAbonnés
3.2KAbonnés