in

caractère espagnol

Les Formules Hispakart 1430 et 1800

Début 1970 SEAT avait annoncé la création pour l'année suivante d'un championnat promotionnel de formules dont la base motrice serait le propulseur de son modèle 1430. Bien qu'effrayé par l'échec de l'ancienne Formule IV, qui était sur le point de le ruiner, Ramón López croyait aux garanties et à la solvabilité de la marque catalane et décida de construire une nouvelle voiture.

Le châssis du premier F-1430 Hispakart en cours de restauration
Le châssis du premier Hispakart du F-1430, en cours de restauration

L'Hispakart du F-1430 a un châssis tubulaire, une section circulaire et une construction solide et une finition impeccable. La voiture est légèrement plus large, au niveau du cadre et de la carrosserie, que la plupart de ses rivales, privilégiant le confort en position de conduite. Ramón a profité d'une partie du stock de pièces invendues de l'ancien F-IV, comme les boîtiers de direction spéciaux de sa propre conception ou les volants arrière et les articulations. Un total de 11 châssis ont été construits (bien que certains n'aient jamais été finis) entre 1970 et 1974, et ont été mis au point par Jorge de Bagration sur le circuit de Jarama. Initialement, Jorge lui-même devait être le pilote officiel, mais un règlement SEAT qui interdisait la participation de certains pilotes bien connus empêchait "le Romain" de s'aligner sur les nouveaux Hispakart.

[su_quote] « Je me souviens que les voitures devaient passer une homologation à l'Ecole Supérieure d'Ingénieurs Automobile, et là je me suis présenté avec la mienne. La première chose qu'ils m'ont demandé a été de leur montrer les plans et, comme je n'en avais pas fait, j'ai sorti un mètre ruban de ma poche et leur ai dit que je ne m'en étais servi que pour le faire. Les gars m'ont regardé avec surprise et ont gardé la voiture. Au bout de quelques jours, quand je suis revenu chercher la fiche d'homologation, ils m'ont dit qu'elle était parfaitement construite et que le châssis Hispakart était le plus rigide de tous ceux qu'ils avaient étudiés jusqu'alors. » [/ su_quote]

Le F-1430 Hispakart de Gerardo van Dulken, avant de se former sur la grille pour la course inaugurale du Championnat 1971 (Par Javier del Arco)
Le F-1430 Hispakart de Gerardo van Dulken, avant de se former sur la grille
de la course inaugurale du Championnat 1971 (Par Javier del Arco)

L'Hispakart de Fórmula 1430 fera ses débuts sur le Circuit de Jarama le 4 avril 1971, lors de la course inaugurale du nouveau Championnat en présence du Roi d'Espagne, qui a accueilli tous les participants sur la grille de départ. Ce sera son seul moment de gloire : le pilote était le rapide Malagasy Gregorio van Dulken, qui a réussi à le classer en deuxième position. Malheureusement, la voiture a été impliquée dans un accident multiple qui l'a retiré de la course. Van Dulken sera rapidement signé par Lince, et l'Hispakart sera relégué aux derniers rangs des grilles, étant dépassé, comme presque toutes les marques, par le design brillant du Selex ST 3 de Miquel Molons ou du Lince de Paco Sanjuán. . "Dites mieux le De Sanctis de Sanjuán", Ramón commente ironiquement.

Malgré tout, Francisco Carceller et Echevarría remporteront quelques courses de côte, de nature très mineure, à partir de 1972.

[su_quote] « Une histoire très curieuse s'est produite à la fin de 1973 ou au début de 1974, je ne m'en souviens pas très bien. J'étais dans l'atelier et quand j'ai levé les yeux
J'ai rencontré Juan Manuel Fangio.
Fangio m'a demandé si je le connaissais et il est évident que j'ai dit oui. Il m'a dit qu'ils essayaient de promouvoir un garçon argentin nommé Carlos Alberto Jarque et qu'ils lui avaient acheté un Hispakart pour participer au championnat espagnol F-1430. Il m'a demandé de l'aide, mais je savais qu'ils s'étaient trompés de voiture ; De plus, il était impliqué dans la nouvelle concession Renault et n'avait pas beaucoup de temps. Je lui ai dit que la seule chose que je pouvais lui offrir était tout le stock de pièces détachées dont il avait besoin. Maintenant, je suis désolé de ne pas t'avoir aidé un peu plus." [/ su_quote]

Voiture pour enfants spectaculaire, inspirée de la Lotus 56 et construite par Ramón López pour son fils. Elle était équipée d'un moteur Ylo allemand et ses suspensions élaborées sont particulièrement remarquables.
Voiture pour enfants spectaculaire, inspirée de la Lotus 56 et construite par Ramón López pour son fils.
Elle était équipée d'un moteur Ylo allemand et ses suspensions élaborées sont particulièrement remarquables.

Enfin, la saison de Jarque, avec le F-1430 entretenu par Van Hool à Saragosse, a été une véritable catastrophe.

Un autre projet inachevé, en dehors de la voiture de sport GT susmentionnée, est la Formule 1800 Hispakart. SEAT a créé cette nouvelle formule en 1974 afin de promouvoir les pilotes de F-1430 à un échelon supérieur, et Ramón a reçu un moteur et une boîte de vitesses Hewland et a construit un nouveau châssis multitubes pour l'occasion. La voiture devait utiliser la partie inférieure de la carrosserie du F-1430 et une face avant en forme de plateau, à partir de laquelle le moule était construit. Les éléments de suspension ont également été fabriqués, ainsi que les fusées d'essieu. Le nouveau F-1800 Hispakart était pratiquement terminé et il ne restait plus qu'à l'assembler...

[su_quote] "En fin de compte, je n'ai pas très bien vu l'histoire des F-1800 et j'ai décidé de ne pas la terminer et de rendre le moteur et le Hewland à SEAT." [/ su_quote]

Le châssis repose aujourd'hui sur un loft Hisparart et les éléments de carrosserie et autres composants mécaniques sont parfaitement localisés. Verra-t-on un jour le rouleau inédit d'Hispakart Formula 1800 ?

Prêt pour le circuit de retraite
1962, Ramón López se prépare à prendre le départ d'une course

[su_note note_color = »# f4f4f4 ″]

Hisparkart de 1972

Le dimanche 20 août 1972, un incendie se déclare dans l'immeuble de la rue Padilla, où se trouvaient les installations d'Hispakart. Cela a commencé dans une menuiserie voisine et a touché toute la structure. « Tout a été détruit, onze minis de course ont été brûlés pour vérification, une Triumph TR 3, une Norton 350cc Featherbed, des moteurs hors-bord officiellement révisés : Jhonson, Evinrude, Wales, Volvo Penta… ». Cet incident a naturellement affecté la productivité. Ramón López a dû trouver un nouvel emplacement, rue Palerme (ou Andorre), en profitant pour repenser l'avenir de l'entreprise.

[su_quote] « Je voulais monter une grande concession de la marque Renault et je leur ai proposé mes installations… Les gars regardaient les locaux et l'espace dédié à l'exposition. Mon idée était de mettre en place quelque chose de grand et avec tous les services dont les clients pourraient avoir besoin. Cependant, ils m'ont fait repartir du bas, simplement en tant que service officiel. De plus, ils m'ont suggéré d'oublier la préparation des voitures de course, y compris celles de la marque ». [/ su_quote]

[/ su_note]

F-1430, siège de formule
Ils lui ont suggéré de quitter la compétition...

[su_note note_color = »# f4f4f4 ″]

Cependant, Ramón a poursuivi la construction de karts, dont il est venu fabriquer ses propres moteurs, ainsi que sa présence continue dans les courses de karting. La fabrication des petites voitures et remorques Hispakart a pris fin au début des années 90, après avoir produit plus de 1.500 XNUMX nouveaux châssis. Cette date coïncide avec la fin des contrats avec la Direction générale de la circulation, les anciens Sanglas étant remplacés par des Guzzi modernes carénés par l'usine elle-même.

Il a conservé sa concession Renault jusqu'en 2004, bien des années après sa retraite, ayant créé un établissement exemplaire de plus de 50 salariés. "Il fut un temps où je voulais changer de marque et vendre SEAT, Audi et Volkswagen, mais comme au début ils ne me laissaient vendre que SEAT, j'ai tout oublié."

Il vit sa passion pour les courses de voitures de sport depuis 1997 à travers les courses de voitures de sport classiques. Chevrolet Corvette, TVR ou la Chevrons B8GT que nous avons apporté aux pages électroniques de ce magazine ont parcouru les circuits espagnols au cours de ces années. Ils ne sont pas les seuls : il possède également deux Porsche 992 GT2 de plus de 500 ch qu'il utilise occasionnellement, se plaignant (incroyablement) de sa… faible puissance.

[/ su_note]

Chevron B8 GT : Elle fait pratiquement partie de l'asphalte (Par Manu Lozano)
Chevron B8 GT : Elle fait pratiquement partie de l'asphalte (Par Manu Lozano)

[su_note note_color = »# f4f4f4 ″]

Travailleur infatigable, parfaitement assisté de "Surtees", sa fidèle secrétaire depuis 35 ans, Ramón ne perd pas une seconde de son temps. Chaque jour (y compris certains samedis et dimanches), il se rend dans les magnifiques installations disponibles à Torrejón de Ardóz et, englouti dans sa combinaison, continue de travailler à la restauration des voitures qui composent sa collection impeccable. Éternellement soucieux de son Espagne, il ne cesse de réfléchir à de nouveaux projets.

Don Ramón López Villalba, un vrai personnage espagnol… et un exemple pour nous tous.

Les auteurs souhaitent exprimer leur gratitude à Ramón López Villalba et « Surtees » (José Mª Arranz Notario) pour les installations offertes et pour le traitement familier qu'ils ont toujours reçu.

[/ su_note]

Qu'en penses-tu?

Écrit par Alex Vèrges & Paris Français

Álex Vèrges et Paris Francés : historiens de l'automobile. Créateurs, avec Antonio Palacín, du magnifique magazine trimestriel "Autodromo. Carnets d'histoire du moteur en Espagne."
 

Commentaires

Abonnez-vous à la newsletter

Une fois par mois dans votre courrier.

Merci beaucoup! N'oubliez pas de confirmer votre abonnement via l'email que nous venons de vous envoyer.

Quelque chose s'est mal passé. Veuillez réessayer.

51.1KVentilateurs
1.7KAbonnés
2.4KAbonnés
3.2KAbonnés