son vidéo alfa romeo 155 v6 ti
in

Alfa 155 V6 TI : un son plein de beauté

Dans certaines villes d'Espagne, il y a des gens qui connaissent les taxis hybrides comme "Vieux tueur". Bien que le terme puisse de prime abord sembler quelque peu insultant... Il a une explication basée sur l'esprit populaire qui est dans ce pays à inventer "Surnoms" o "Surnoms". Ces voitures -Normalement Toyota Prius- Ils sont si silencieux en ville que vous ne remarquez pas comment quelque chose de plus de 1.300 XNUMX kilos passe à vos côtés.

Eh bien, il y a des voitures avec lesquelles le problème acoustique est très différent. Loin de sonner moins qu'une douce brise printanière, il y a des moteurs qui sont faits pour rugir sur les toits. Un véritable rugissement hypnotique pour nous tous qui sommes amoureux du sport automobile et qui, comme le chef d'orchestre Von Karajan, nous pensons que c'est l'une des meilleures symphonies du monde.

Bien sûr, alors que le réalisateur autrichien faisait référence à une Ferrari V12… Aujourd'hui nous allons proposer de surélever les haut-parleurs avec le son d'un V6 Alfa Romeo. Plus précisément avec le 155 V6 TI, le dernier - jusqu'au retour du Quadrifoglio en Formule 1 en 2018 - un grand projet de compétition né au sein de la marque. Montez les haut-parleurs car le rugissement... Plus que spectaculaire, c'est tout simplement magnifique !

155 : LA VOITURE AVEC L'ALFA ROMEO A ÉTÉ RÉCLAMÉE

Alfa Roméo 155. Dit comme ça, sans plus tarder... Il ne semble pas être l'un des modèles les plus emblématiques de la marque. Et bien, ce n'est vraiment pas le cas. En fait, bien que son design ait un style incontestable et en général c'était un modèle rentable pour l'entreprise... Cela n'a pas rendu les plus puristes très drôles. Poussé par la nécessité de réduire les coûts de production, Alfa Romeo a remplacé sa propulsion arrière habituelle dans ce modèle par une traction avant que vous ne pouviez remplacer que par une totale dans la version Q4. Ce dernier, bien qu'incompris, était déjà un vrai passé...

maintenant, Si vous mettez le nom V155 TI (Turismo Internazionale) derrière le 6, les choses changent beaucoup ! Parce que tout à coup, vous vous trouvez devant l'une des plus grandes bêtes de course italiennes, un prodige de l'ingénierie transalpine qui a culminé ses beaux jours dans le championnat allemand des voitures de tourisme (DTM) avec un record qui fournit des données telles que le 12 victoires sur un total de 20 courses en 1993, Sa première année de compétition !

alfa romeo 155 v6 ti
Dans cette image, on comprend très bien sa démarche. Source : Alfa Roméo.

Mais Pourquoi l'Allemagne ? La réponse se trouve dans le règlement pour les courses de voitures de tourisme que la FIA a introduit en 1993. Il n'a établi que deux segments possibles : la classe 1 et la classe 2. Chacun des différents championnats nationaux devait adhérer à un règlement ou à un autre ; Dans ce scénario, et faisant preuve d'une certaine prudence, la plupart des pays ont été affectés au segment le plus restreint : la classe 2.

Cependant, les Allemands ont été plus audacieux et ont opté pour le Classe 1 : une régulation au folio quasiment vierge où tant qu'on ne dépasse pas le six cylindres, les 2.500 XNUMX cmXNUMX et très peu de modifications aérodynamiques au dessus de l'axe de roue... Vous pouviez faire presque tout ce que vous vouliez. Là, Alfa Romeo a vu la possibilité de se justifier, surtout quand elle est venue avec une fierté blessée après un temps médiocre en F1 et une tentative désespérée et étrange en Indy Car.

Il était temps de démontrer tout ce dont Alfa Romeo était capable. Et garçon l'a-t-il fait ! En fait, c'était peut-être son chant du cygne avant de se lancer dans la longue « traversée du désert » qu'il a finalement laissé derrière lui grâce à des modèles tels que la réussie 156, la 159, la GT, la rageuse et actuelle 4C ou la nouvelle Giulia.

UN MOTEUR EXCEPTIONNEL

Allez, respire, c'est parti. Transmission intégrale héritée de la Lancia HF Integrale, moteur avant longitudinal situé juste devant l'essieu avant heurtant presque le dessous pour placer le point de gravité le plus bas possible, six cylindres à 60º avec pistons à course courte à F1, 24 soupapes, cylindrée de 2.498 XNUMX cc et 420CV à 11.500 0 tr/min, une boîte de vitesses à six rapports et un rapport poids/puissance fixé à 38.

Rien que de le lire… C'est déjà bouleversant. Et c'est que le moteur avec lequel Alfa Romeo a motorisé cette merveille est toujours l'un des grands jalons technologiques de la marque. Un bijou mécanique sur lequel les ingénieurs aiment Sergio Limone - lié depuis des décennies à Abarth, Lancia et Alfa Romeo- ils pourraient parler pendant des heures.

Mais calme, dans L'Escudería nous savons quand nous devons nous taire pour laisser parler les moteurs. Et le truc, c'est que celui de l'Alfa Romeo 155 V6 TI est celui que l'on pourrait écouter pendant des heures. Quoi qu'il en soit, sûrement si les taxis hybrides avaient quelque chose qui sonnait pareil... Ils ne les appelleraient pas "vieux tueur"!

Qu'en penses-tu?

Miguel Sánchez

Écrit par Miguel Sánchez

À travers les nouvelles de La Escudería, nous parcourrons les routes sinueuses de Maranello en écoutant le rugissement du V12 italien; Nous parcourrons la Route 66 à la recherche de la puissance des grands moteurs américains ; nous nous perdrons dans les étroites ruelles anglaises suivant l'élégance de leurs voitures de sport ; nous accélérerons le freinage dans les virages du Rallye de Monte-Carlo et, même, nous nous remplirons de poussière dans un garage en sauvant des bijoux perdus.

Commentaires

Abonnez-vous à la newsletter

Une fois par mois dans votre courrier.

Merci beaucoup! N'oubliez pas de confirmer votre abonnement via l'email que nous venons de vous envoyer.

Quelque chose s'est mal passé. Veuillez réessayer.

50.3KVentilateurs
1.7KAbonnés
2.4KAbonnés
3.1KAbonnés