Stirling Moss prend sa retraite
in

Stirling Moss relève l'âge de la retraite à 88 ans

Les chroniques disent que lorsque Rafael Gómez "Le Gallou" rencontré Ortega et Gasset, conscient depuis peu de l'existence du métier de philosophe, il s'est exclamé "Oh les gens pa'tó". Et s'il y en a. Car alors que la plupart des ouvriers se lèvent un jour de plus, avec résignation, se dirigeant vers le travail quotidien... Des gens comme Stirling Moss ont repoussé leur retraite définitive jusqu'à 88 ans. Et, bien qu'évidemment il ne courait plus au plus haut niveau... Sir Stirling Moss il était encore lié au monde de l'automobile.

Il y a quelques jours à peine, et par une brève déclaration sur le site Internet de son fils, nous avons appris son retrait des projecteurs. Et bien, même si certains peuvent trouver étrange de retarder autant le moment… Pensez que lorsque vous êtes l'un des plus grands pilotes de tous les temps, vous le faites pour le plaisir de le faire. Oui, l'argent vient seul... la renommée aussi ; mais en compétition, vous ne mettez pas votre vie en danger s'il n'y a pas une grande passion derrière. Et c'est que, comme le dit Moss lui-même "vous ne vous sentirez jamais plus vivant que de pousser le volant ».

Stirling Moss retraite
Un de ses tirages les plus mythiques, allant récupérer la coupe du vainqueur aux Mille Miglia 1955.

STIRLING MOSS : UN CHAMPION SANS COURONNE

Si en plus des quatre roues propulsées par un moteur vous aimez les deux et les pédales... vous vous en souviendrez Jan Ullrich. L'Allemand qui a remporté le Tour 1997 mais a terminé deuxième et troisième à cinq reprises. La seule des 5 fois où il a participé à la ronde de gala et n'est pas monté sur le podium, c'est parce qu'il était quatrième. Moralement, c'est gagner plusieurs fois la course cycliste la plus importante du calendrier. Cependant, le record est le record et en tant que victoire absolue, il n'en aura qu'un dans son record.

A Stirling Moss quelque chose de semblable lui arrive. Il a terminé 4 fois deuxième du championnat du monde de F1, et 3 fois troisième... les deux tours consécutifs. En fait, c'est encore pire qu'Ullrich. Au moins, l'Allemand qui réapparaissait après l'hiver avec quelques kilos en trop a remporté un Tour. Stirling cependant… n'a jamais remporté de championnat du monde de Formule 1. C'est un sacré champion sans couronne.

Cela n'a pas empêché la Fédération internationale de l'automobile de la considérer comme "Le meilleur pilote de F1 de tous les temps". Ce titre est toujours très controversé, mais dans le cas de Stirling Moss, il n'est pas immérité. En fin de compte... Jusqu'à ce qu'un accident en 1962 l'oblige à quitter la compétition, son pilotage s'est fait sur une multitude de courses non seulement en Formule 1, mais aussi dans des courses mythiques comme la Mille Miglia. Il y franchit victorieusement la ligne d'arrivée en 1955, à bord de l'une des voitures de course les plus célèbres de tous les temps : la Mercedes 300SLR, une véritable "Flèche d'argent".

LES VIEUX ROCKERS NE MEURENT JAMAIS

Stirling Moss est l'un des rares survivants à l'époque où le sport automobile était encore une véritable entreprise suicide. Un sport dans lequel vous luttiez contre vos propres limites ainsi que celles de la machine, où vous saviez que si vous perdiez le contrôle un instant et que vous quittiez la piste... vous finiriez sûrement par mourir. En effet, après l'accident mortel de Alfonso de Portago Les Mille Miglia ont été arrêtées en 1957, deux ans seulement après que Moss l'ait remportée.

Bref, même si une fois au sommet vous gagnez de l'argent et bénéficiez d'une reconnaissance publique... Nous sommes sûrs que Stirling Moss a continué dans le sport automobile car, comme il dit Keith Richards « Je ne suis pas ici pour l'argent, je ne suis pas ici pour la gloire, je ne suis pas là pour toi. Je suis là pour moi, parce que jouer me fait vivre. Si tout cesse d'être amusant, je veux dire, si le plaisir s'arrête... j'arrête". Profitez de votre retraite bien méritée Sir Stirling Moss !

* Photo d'en-tête : Unai Ona

Qu'en penses-tu?

Miguel Sánchez

Écrit par Miguel Sánchez

À travers les nouvelles de La Escudería, nous parcourrons les routes sinueuses de Maranello en écoutant le rugissement du V12 italien; Nous parcourrons la Route 66 à la recherche de la puissance des grands moteurs américains ; nous nous perdrons dans les étroites ruelles anglaises suivant l'élégance de leurs voitures de sport ; nous accélérerons le freinage dans les virages du Rallye de Monte-Carlo et, même, nous nous remplirons de poussière dans un garage en sauvant des bijoux perdus.

Commentaires

Abonnez-vous à la newsletter

Une fois par mois dans votre courrier.

Merci beaucoup! N'oubliez pas de confirmer votre abonnement via l'email que nous venons de vous envoyer.

Quelque chose s'est mal passé. Veuillez réessayer.

50.6KVentilateurs
1.7KAbonnés
2.4KAbonnés
3.2KAbonnés